Vive les Vacances

Les prédictions pour la semaine qui vient. Poisson : vendredi est votre jour. Taureau : évitez les voyages en Espagne. Cancer : faites un dépistage. Balance : essayez de perdre du poids. —Philippe Geluck

Voici une petite blague de saison. Il y a un type qui parle de ses projets de vacances… Il y a deux ans je suis parti à la montagne… Quand je suis revenu ma femme était enceinte… L’année dernière je suis parti à la mer… Quand je suis revenu ma femme était de nouveau enceinte… Cette année je ne sais pas encore où j’irai mais je l’emmène avec moi… 😀

À la montagne, à la mer ou chez vous profitez bien de vos vacances… Mettez vos soucis au portemanteau… Détendez-vous… Mangez ce que vous aimez… Faites-vous bichonner… Oubliez la politique… Relaxez-vous… Pratiquez votre hobby favori… Bronzez au soleil… Jardinez avec la lune… Regardez les étoiles… Allez vous balader dans la nature… Profitez bien de la douceur de vivre pour vous, vos proches et les autres…

Pour moi chaque jour de l’année est un jour de vacance. Je continuerai d’écrire et de prolonger ce blog vers un nouveau site internet très pratique. Alors je vous souhaite à toutes et à tous des vacances créatives… Nous nous retrouverons à la rentrée plein d’idées nouvelles… Dans l’entre-temps, vous pouvez consulter ici les articles dont vous aviez remis la lecture à plus tard. Voici un petit bonus pour les vacances… L’exemplaire en version FlipBook de mon livre sur les symboles dans l’art. C’est en anglais mais les riches illustrations sont universelles. Cliquez sur le lien ci-dessous.

Symbols in Art – The Hidden Keys to Love, Balance and Renewal

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Le Rotary

Le monde est plein de choses vertueuses qui n’ont pas encore été entreprises. —Paul Harris, créateur du premier Rotary Club le 23 février1905 à Chicago

Dans mes pérégrinations, j’ai appartenu à différents groupes tels que les Amis de la Bibliothèque d’Orlando, les Amis de Carl Jung d’Orlando dont je fus le fondateur, la Société Carl Jung de Sarasota, le Club Mensa, etc.. mais celui dans lequel j’ai joué le plus grand rôle actif fut assurément le Rotary Club. J’ai été un Rotarien pendant plus de quatre décennies. Tout a commencé par le Rotary Club de Lisbonne où pendant sept années je suis resté le plus jeune membre et a fini avec le Rotary Club d’Altamonte Springs, au nord d’Orlando en Floride. Ce qui m’avait séduit d’emblée avec le Rotary, c’était sa mission humanitaire basée sur l’amitié entre ses membres et ses actions concrètes pour faire un monde meilleur. La principale mission du Rotary fut l’éradication de la polio dans le monde en association avec la Fondation Bill et Melinda Gates. Un investissement de 1,5 milliards de dollars, dans lequel ma minuscule contribution me valu d’être honoré comme “Paul Harris Fellow”.

Au départ le Rotary n’avait que des membres masculins. Dans les années 1980, j’ai été un des premiers au monde à vouloir changer cette tradition. En l’occurrence je choisis de parrainer la candidature d’une femme, ma secrétaire Mary. Une pression fut exercée par certains membres pour que je renonce à ce parrainage, ce que j’avais refusé. Elle fut finalement admise mais après quelques semaines elle décida de donner sa démission tant le rejet de certains membres lui fut pénible à endurer. Aujourd’hui une telle discrimination n’existe plus au Rotary. Le club d’Altamonte Springs contribuait à de multiples causes charitables locales telles que l’octroi de bouses d’études. Pour récolter des fonds, j’étais un des organisateurs d’une foire gastronomique annuelle où les restaurants locaux offraient des échantillons de leurs spécialités cuisinés sur place aux visiteurs qui avaient libre accès en réglant un droit d’entrée. Parmi les membres que j’ai parrainés, figurait l’inénarrable Eddie Rose dont la bonne humeur était si communicative. Il était aimé de tous et on pensait souvent à lui bien longtemps après son décès. Voici une anecdote le concernant.

Pendant mes années à San Francisco, Eddie Rose est venu en visite avec sa femme Mary. Elle était une experte de réputation mondiale en natation synchronisée. Il formait un couple très uni depuis plusieurs décennies. Quand ils se sont rencontrés, elle était Miss New Jersey et lui un clown professionnel. Leur fils Charlie deviendra un nageur de niveau olympique. Un jour Eddie plaisanta en annonçant “Hier j’ai fait un voyage d’agrément … j’ai conduit ma femme à l’aéroport”. Donc, Eddie et moi avions bien sûr décidé d’aller déjeuner au Rotary Club de San Francisco, qui fut le deuxième club créé un peu après celui de Chicago en 1905. Soit dit en passant, le club avait une amende de plus de 100 dollars si un portable sonnait. Donc, nous voilà assis à une table de quatre en compagnie de deux autres rotariens locaux. L’un demanda à Eddie d’où il venait, qui lui répondit avec son humour habituel… “Je viens de Floride, mais je compte rester parce que j’ai trouvé une place de parking”. Pour la petite histoire, dans sa jeunesse Eddie faisait partie de la troupe des “Water Follies” en qualité de clown aquatique avec des représentations quotidiennes à l’Expo Universelle de 1958 à Bruxelles. J’allais presque tous les jours à l’Expo. Sans le savoir, nos chemins furent sûrement très proches. La synchronicité voulut qu’une quarantaine d’années plus tard nous allions nous rencontrer en Floride à Altamonte Springs où il était un des cinq échevins. C’est aussi dans cette ville que j’ai fait la promotion d’un complexe de 300 appartements.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

L’Euro et l’Italie

Ceux qui quitteront l’euro les premiers seront ceux qui s’en sortiront le mieux. —Joseph Stiglitz, prix Nobel d’Economie (2001)




Quitter l’euro à l’Italienne

En trois temps

Cela fait des années que je n’arrête pas de dire que l’euro est un leurre. La monnaie unique devait apporter une économie européenne plus grande que la somme de ses pays et dont chacun bénéficierait d’une plus grande part du gâteau. Il n’en a rien été, tout au contraire. Pour chaque pays, l’euro coûte beaucoup plus cher qu’il ne rapporte. L’euro n’a jamais été autre chose que le Deutsche Mark habillé autrement. Les guerres d’aujourd’hui sont cybernétiques, financières et pétrolières avant d’être militaires. Les guerres précédentes étaient avant tout territoriales à des fins agricoles. Aujourd’hui, ce n’est plus nécessaire. Toutefois, les armes continuent de proliférer pour consolider le pouvoir des grandes puissances aux fins d’intimidation envers leurs adversaires. Depuis la création de l’euro, le seul gagnant fut l’Allemagne au détriment de tous les autres pays européens. Le Luxembourg et les Pays-Bas s’en sortent tout juste grâce à leurs activités de paradis fiscaux.

Cela fait des années que je n’arrête pas de dire que l’euro est un même mot qui couvre des choses différentes. L’euro allemand n’est pas le même que l’euro français, italien, espagnol ou portugais. L’euro utilisé chez un épicier à Milan n’est pas le même que l’euro international investi de façon spéculative à partir de l’Italie. Cela fait des années que je recommande une double monnaie. (1) Une monnaie nationale, valable seulement dans le pays, pour payer l’épicier local et (2) une monnaie européenne tel que l’euro pour le commerce international et les investissements dans le monde. Durant les deux décennies de l’euro, l’Italie n’a cessé de voir son parc industriel décliner d’année en année. Mario Draghi a utilisé la Banque Centrale Européenne pour créer de la fausse monnaie, acheter de la dette italienne et reculer l’échéance de l’effondrement de l’Italie. Les limites sont atteintes, il n’y a plus route pour donner des coups de pied dans la canette et gagner encore plus de temps. L’Italie doit quitter l’euro, mais les traités européens les en empêchent. Par le passé, lorsqu’il s’est agi des finances, les Italiens n’ont jamais été à court de solutions créatives.

Quitter l’euro à l’italienne… Voici leur plan en trois temps.
Étape Nº 1– Émettre des mini-bots (“Buoni Ordinari del Tesoro”). Il s’agit ds bons du Trésor italien en petites coupures de 1 à 500 euros, qui ne sont utilisables qu’en Italie pour payer des impôts et des dettes fiscales. Ce premier pas est destiné à habituer les Italiens à utiliser une monnaie complémentaire autre que l’euro pour payer le fisc italien. L’Italie peut imprimer autant de mini-bots qu’elle le souhaite alors qu’elle ne le peut pas avec l’euro à cause des traités européens.
Étape Nº 2 – Utiliser les mini-bots dans le commerce italien et non pas seulement pour le fisc.
Étape Nº 3 – Lorsqu’ils seront prêts, quitter l’UE et retourner à la lire italienne.
On peut s’attendre à ce qu’il se passe des années de résistance par ceux à qui l’UE et l’euro profitent. On peut comparer cette situation à celle du Brexit qui n’est toujours pas sorti de l’UE trois ans après le référendum, alors que le Royaume-Uni n’avait même jamais rejoint l’euro. Dans un contexte très différent, une idée similaire fut tentée en Californie en 2009 et en Argentine en 2000, et fut évoquée en Grèce en 2015, L’échec de ces trois précédents ne va pas empêcher l’Italie de lancer ses mini-bots. Super Mario s’y oppose. Il est question qu’il soit muté de la présidence de la Banque Européenne à la Federal Reserve.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Hauts et Bas

Un dictateur n’est qu’une fiction. Son pouvoir se dissémine en réalité entre de nombreux sous-dictateurs anonymes et irresponsables dont la tyrannie et la corruption deviennent bientôt insupportables.—Gustave Le Bon (1841-1931)















Le Général Alcazar

Avant et après

Lisbonne, 1966. Mon service militaire en Belgique terminé, je pars à l’aventure au Portugal avec pour objectif d’y faire de la prospection dans le secteur immobilier. Le tourisme dans le sud de l’Espagne était en plein essor et le sud du Portugal devait naturellement suivre. Toutefois le tourisme en Algarve n’était pas encore prêt. Les infrastructures de base telles que les transports, l’alimentation, l’hôtellerie, les hôpitaux émergeaient à peine. Les prix des propriétés étaient déjà élevés, trop tard pour la spéculation et trop tôt pour la promotion. C’est alors que je me suis tourné vers la promotion urbaine dans la périphérie de Lisbonne et qui allait aboutir avec la construction de Miratejo, une ville nouvelle de 4000 logements. J’avais installé mon bureau au 3e étage d’un immeuble résidentiel prestigieux. Dans l’ascenseur je fis connaissance de mon voisin du 4e étage. Quelle ne fut pas ma surprise de rencontrer un ancien président en exil… Oui, un général… Non, pas du Général Alcazar mais presque… Le Général Héctor Trujillo, qui fut le président de la République Dominicaine de 1952 à 1962.

Héctor Trujillo succéda à Rafael Trujillo, son frère aîné de 17 ans, dont il devint l’homme de paille. Le dictateur Rafael préféra limiter son règne officiel à deux mandats comme aux États-Unis. Tout au long, Rafael restera l’homme fort du régime. En 1961, il sera assassiné dans une embuscade alors qu’il était en voyage dans sa voiture. Ce fut la fin de l’ère des Trujillo et Héctor prit la fuite avec une fortune considérable. Il se retrouvera en exil à Lisbonne d’abord et à Miami ensuite où il vivra jusqu’à l’âge de 96 ans. L’homme que je rencontrais souvent dans l’ascenseur menait une vie au profil bas en compagnie d’une dame blonde. Sur la liste des résidents de l’immeuble, il apparaissait sous le nom “Alma-Trujillo”. Pour la petite histoire, lors de l’Exposition Universelle de 1958 à Bruxelles, j’avais été invité à une réception officielle donnée au pavillon de la République Dominicaine. Synchronicité prémonitoire ? Le Lisbonne des années 1960 était connu comme une terre d’accueil pour les chefs d’États en exil. S’y trouvait également l’ancien président de Cuba Fulgencio Batista chassé du pouvoir par Fidel Castro, le Comte de Barcelone père de Juan Carlos le futur roi d’Espagne ainsi que le roi Umberto d’Italie.

Tels les empires, les dictateurs suivent le même processus depuis la conquête et la culmination jusqu’au déclin. Beaucoup finissent en exil, en prison ou assassiné. Qui sont les dictateurs d’aujourd’hui ? La plupart des chefs d’États ne sont que des marionnettes aux mains des dictateurs de la finance basés à Londres, Washington et au Vatican. On n’entend jamais parler des marionnettistes, mais la vulnérabilité de leur pouvoir indique qu’ils ne sauront jamais s’arrêter avant l’incontournable effondrement. Assimilant la République Dominicaine à sa fortune personnelle, Rafael Trujillo était considéré comme un des hommes le plus riche du monde. Le 15 avril 1961, Murphy le quatrième émissaire du gouvernement américain arrive à Santo Domingo pour tenter de convaincre Rafael Trujillo de se retirer dans les meilleures conditions, mais celui-ci resta ferme sur ses positions : « Moi, on ne me fera sortir que sur un brancard ». Tous les pouvoirs totalitaires de l’histoire ont toujours mal fini. Il y a de l’espoir…

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Le Scandale de Notre-Dame

Ce qu’il y a de scandaleux dans le scandale, c’est qu’on s’y habitue. —Simone de Beauvoir














Même Toiture Qu’Avant

mais en verre

Ceci est le quatrième post publié sur ce blog à propos de l’incendie de Notre-Dame du 16 avril. Voir “Drame et Miracle – 19/04“, “L’Île de la Cité – 26/04” et surtout “Suivez l’Argent – 03/05” qui détaille la chronologie depuis décembre 2015. Voici la situation telle qu’elle se présente aujourd’hui, ainsi que les informations sur l’incendie de Notre-Dame qui furent révélées depuis le post précédent.

(1) Selon André Finot, attaché de presse principal à Notre-Dame, plus de 2 mois après l’incendie les riches “donateurs” français à la hauteur de 1000 millions d’euros n’ont toujours pas contribué le premier centime, alors que d’importants travaux sont en cours sans relâche depuis le 17 avril 2019. Pinault, Arnaud, Bettencourt et les autres disent attendre de voir comment les plans de reconstruction progressent avant d’y contribuer !!!
(2) Députés et sénateurs ont échoué à s’accorder sur un texte commun concernant la rénovation.
(3) Alors que la version officielle de l’incendie fut qualifiée d’accident en moins de 24 heures, il n’y a eu aucune information sur de l’enquête depuis deux mois. Il eut certainement mieux valu confier l’enquête à une entité neutre et indépendante. Si la thèse de l’accident devait être rejetée, alors il s’agirait d’un acte pyromane commandité.
(4) Les bénéficiaires présumés de l’incendie, qui étaient avant tout intéressés au projet immobilier de l’Île de la Cité, se trouvent devant un imprévu de taille. La toiture de Notre-Dame contenait 300 tonnes de plomb qui a fondu avec l’incendie et s’est répandu dans le sous-sol de toute l’île de la Cité à un niveau d’empoisonnement tellement élevé qu’il pourrait différer voire annuler le projet de développement. Ceci pourrait bien expliquer le blocage actuel des fonds de rénovation de Notre-Dame mentionnés au point (1) ci-dessus.
(5) L’image dans l’en-tête de ce post représente un projet créé par l’important bureau d’architecture américain “Eight, Inc.” qui depuis une vingtaine d’années est le concepteur des magasins transparents d’Apple dans le monde entier. La nouvelle toiture de Notre-Dame proposée sera la réplique exacte de l’ancienne, mais en verre !!
(6) Les travaux en cours, tels que déblaiement et démontage des échafaudages, protection de la partie restante de l’édifice et première phase de reconstruction sont subsidiés par “Les Amis de Notre-Dame”, une fondation caritative financée à 90% par des petits donateurs américains, à la hauteur ce jour de 4,1 millions de dollars. Les disponibilités de la fondation sont insuffisantes pour couvrir les salaires des 150 ouvriers sur le chantier et les factures qui s’accumulent.
(7) Le 22 mai, le Sénat supprime l’article qui habilite le gouvernement à déroger à certaines règles (urbanisme, environnement, construction, préservation du patrimoine, commande publique) et insiste que Notre-Dame doit être restaurée pour retrouver son “ dernier état visuel connu “. Le 4 juin, députés et sénateurs n’arrivent pas à s’entendre. Le projet de loi devra donc revenir en nouvelle lecture dans les deux chambres, puis à l’Assemblée qui aura le dernier mot, probablement après les vacances.
(8) Le 17 mai 2019, le promoteur immobilier Novaxia a été retenu pour l’aménagement, la programmation ainsi que l’occupation du site du Parvis Notre-Dame, soit un tiers de la surface de l’hôpital Hôtel-Dieu tournée vers la Seine pour la coquette somme de 144 millions d’euros via un bail de 80 ans. Quelque 20.000 m2 seront ainsi mis à la disposition de Novaxia pour usage de bureaux médicaux, shopping et restauration.
(9) M. Civetta est l’associé de M. Le Gras dans la société d’entreprise Julien Le Gras en charge des travaux d’échafaudages pour la rénovation de la flèche. Pour la petite histoire, M. Civetta est marié avec Mme. Caroline Hennessy, dont la famille fait partie du groupe LVMH, lui-même impliqué dans le projet immobilier de l’Île de la Cité depuis 2016.
(10) Un dossier très complet et détaillé sur l’incendie de Notre-Dame est publié par “Faits et Documents”, une lettre d’information privée et confidentielle. Le dossier, qui est un véritable réquisitoire contre les auteurs présumés du crime peut être consulté en cliquant sur le lien du site “Algarath-Phoenix“. La dernière édition de “Faits et Documents” décrit le rôle trop influent de Jean-Louis Missika, l’adjoint à l’urbanisme d’Anne Hidalgo. Son portrait peut être consulté en cliquant sur cet autre lien du site “Algarath-Phoenix“.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

L’Immortalité

Sentant sa fin approcher l’acteur W. C. Fields, un agnostique notoire, était en train de feuilleter la Bible quand il reçut la visite de son vieil ami écrivain Gene Fowler qui lui demanda incrédule
— Que fais-tu Bill ?
Après une longue pause, Fields lui murmura
— Je cherche des échappatoires…

La Vie Éternelle

Pensez-y maintenant

Un samedi en 1973, dans la banlieue de Lisbonne. Je suis captivé par la lecture d’un livre de science-fiction de René Barjavel récemment publié et intitulé “Le Grand Secret”. L’histoire commence par un couple follement amoureux qui nage dans le bonheur jusqu’au jour il va disparaître mystérieusement et elle va essayer de le retrouver. Il est question d’espions, de diplomates, du Général de Gaulle, de Richard Nixon et de la Reine d’Angleterre. Un grand secret international semble être au cœur de l’intrigue… un savant a découvert un virus contagieux qui rend immortel. Ceux qui ont été contaminés sont isolés en quarantaine sur une île déserte. Leurs enfants vont se révolter et l’île sera détruite. L’histoire se termine avec quelques rescapés sur un frêle esquif. Libre à chaque lecteur de spéculer sur ce qui pourrait arriver ensuite. J’adore les livres où la réalité et la fiction s’entremêlent et je pense que cette histoire ferait un excellent film. Je découpe les scènes du livre en préparation du scénario et contacte un ami producteur à Paris pour rencontrer Barjavel. La rencontre a lieu avec Barjavel et André Cayatte, son cinéaste attitré. J’achète les droits d’auteur du film avec un acompte de 10%. Jacqueline Bisset est pressentie pour le rôle principal. Seulement voilà, le producteur n’arrive pas à financer le film. Mon rêve et mon acompte vont s’envoler en fumée. Ce n’est qu’en 1988 que le livre sera adapté en une série télé réalisée par Cayatte avec un autre producteur. Plus tard, n’ayant pas appris la leçon, un nouveau rêve dans le monde du cinéma se révélera beaucoup plus coûteux.

Le Livre des Morts des Anciens Égyptiens est des rouleaux de papyrus recouverts de formules funéraires placés à proximité de la momie. Le Livre des Morts a pour véritable titre Le livre pour sortir au jour. Le jour en question est celui des vivants, mais aussi celui du principe lumineux s’opposant à l’anéantissement et à la mort. Dans cette perspective, le défunt égyptien cherchait à voyager dans la barque du Dieu Soleil durant sa version nocturne où il est en cours de régénération. Contrairement aux Textes des Pyramides, réservés aux seuls souverains de l’Ancien Empire, le Livre des Morts est au Nouvel Empire destiné à une population plus large. Un nombre important de papyrus ont été découverts dans des tombes de prêtres, de scribes et de militaires. L’image dans l’en-tête de ce post représente le papyrus de la formule 110 une des 192 contenues dans le Livre des Morts et qui se déroule dans un endroit paradisiaque. Le défunt est en train de révérer des divinités et de participer à des travaux agricoles dans la campagne égyptienne. Des bandes de champs fertiles sont entourées par des canaux d’irrigation. Les déplacements de ville en ville se font au moyen de barques. D’autres embarcations sont amarrées à un débarcadère pour accueillir les divinités gardiennes du lieu. Le texte de cette formule indique que le défunt désire pour son âme, du pain, de la bière, du vin et des gâteaux. Il désire y faire ses activités habituelles (boire, manger, dormir, faire l’amour) et y connaître une existence éternelle sans inquiétudes ni reproches. Séduisant programme, non ?

Il y a un certain temps, j’avais décidé de ne pas prendre de l’âge. Ça n’a pas marché. Alors j’ai changé de plan. Maintenant à chaque anniversaire, je décide de vivre un an de plus et ça jusqu’à présent ça marche. Alors dans le cas où ça cesserait de marcher, je cherche un plan B pour devenir immortel. Le cercueil est une solution qui n’est pas très bio et qui semble être passée de mode. Des cercueils en carton commencent à se développer. La crémation gagne de plus en plus d’adeptes. On commence à parler du sommeil cryogénique, de la résomation par l’azote liquide ou de l’aquamation par une solution alcaline. Aucune de ces formes d’inhumation ne garantit l’éternité. À toutes ces options industrielles, je préfère la nature. Personnellement cela me conviendrait bien d’être mis en terre en position de fœtus dans un sac biodégradable dans une forêt. C’est techniquement faisable, mais Il y a des problèmes légaux et une opposition farouche de l’industrie funéraire classique. La solution la plus viable aujourd’hui consiste en une urne funéraire biodégradable qui contient les cendres du défunt entouré de terreau où l’on plante la graine d’un arbre. La jeune pousse sera ensuite transplantée dans un jardin ou ailleurs. Mon choix est fait. Je souhaite devenir un chêne ou un séquoia.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge