L’Astrologie

L’astrologie est la mère de l’astronomie, la fille de la mythologie et la grande soeur de la psychologie. —Nikolas Herceku, mythologue albanais

Le Cosmos et Vous

En haut comme en bas

Paris 1975. Je me ballade sur les Champs. À l’entrée même de la Galerie des Champs Élysées mon regard se tourne vers une grosse machine IBM au-dessus de laquelle on pouvait lire le mot ASTROFLASH. Il s’agissait d’une boutique de portraits astrologiques engendrés par ordinateur. Le prix étant raisonnable et ma curiosité prenant le dessus sur mon scepticisme, je commandais un portrait. Sur la base de mes données de naissance, la machine se mit à débiter un long accordéon de pages décrivant mon profil psychologique. Le portrait fut surprenant d’exactitude comme le fut ceux de mes proches. Il ne s’agissait pas d’horoscopes superficiels, mais bien de descriptions de la personnalité très individualisées. Astroflash fut créé par Roger Berthier, le fondateur d’Euromarché, qui s’entoura des meilleurs astrologues pour les calculs des positions planétaires et les descriptions psychologiques. Son génie résida surtout dans le choix de la localisation des Champs Èlysées à l’immense trafic continu de personnes sans arrêt différentes. Astroflash fut un énorme succès commercial qui dura pendant plusieurs décennies.

Cette expérience déclenchera mon intense désir de chercher à comprendre ce qui se passait dans l’ordinateur pour convertir les données de naissance d’une personne en son portrait psychologique. Les années qui suivirent m’emmenèrent sur un parcours de rencontres, d’études et de recherches avec les meilleurs astrologues de Belgique, de France et des États-Unis. En 1979, j’achète un Apple IIe pour créer des programmes du type Astroflash. L’année suivante, je crée une fondation de recherche astrologique en Floride suivie par deux années d’activités commerciales en Californie. Les portraits et prévisions astrologiques furent annoncés à grands renfort de pages publicitaires dans des magazines comme Cosmopolitan. Après plus de 3000 portraits vendus en deux ans, ce fut le moment de retourner en Floride pour reprendre les activités immobilières qui étaient restées en veilleuse causées par un rezonage majeur de la ville. Pour la petite histoire, Paris Match me dédia un article de deux pages intitulé “L’Astrologue Belge qui Apporte la Paix des Étoiles aux Américains” avec un petit clin d’oeil au succès de Star Wars.

Notons qu’en astrologie il y a en fait deux zodiaques. Il y a le zodiaque annuel avec lequel nous sommes familier où le soleil balaye les 12 signes en un an, soit un signe par mois. Il y a aussi un zodiaque des constellations à l’intérieur duquel le zodiaque annuel se déplace et qui balaye les 12 signes en 26000 ans, soit 2160 ans par signe. Le premier marque notre personnalité et notre destinée alors que le second marque les grands âges de notre civilisation. L’image dans l’en-tête de ce post illustre ce deuxième zodiaque. Nous pouvons y voir entre autre la transition historique actuelle entre la fin de l’ère des Poissons et l’entrée dans l’ère du Verseau. Aujourd’hui, 44 ans après ma rencontre fortuite avec l’astrologie, je n’ai cessé de faire de la recherche, d’écrire plus d’un millier articles en ligne, d’aider nombre de personnes à trouver le sens de leurs vies et de continuer à développer des services de plus en plus performants. Au fil des années j’ai enrichi mes connaissances en astrologie en y combinant d’autres disciplines telles que la psychologie, la mythologie et la tarologie. L’astrologie constitue un pont entre l’art et la science, et je suis d’avis qu’elle pourrait bien un jour servir de base à une nouvelle religion.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

L’Avenir

Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. —Hermès Trismégiste, personnage mythique de l’antiquité gréco-égyptienne

Le Ciel de Votre Anniversaire

Marquera les 12 mois de l’année qui suivra

Prédire est chose fort difficile dit un économiste, surtout l’avenir ajouta le philosophe. L’astrologie peut-elle prédire l’avenir? La réponse dépend de votre opinion sur le déterminisme et le libre-arbitre. À mon avis, c’est un peu les deux. Au moment de notre naissance nous recevons des cartes pour jouer au jeu de la vie. Ces cartes qui incluent notre ADN et notre hérédité sont prédéterminées et nous ne pouvons pas les choisir. Après notre première respiration et au fil des années des choix conscients et inconscients nous seront proposés. Alors il sera préférable de bien jouer nos cartes face à l’inconnu du destin. Alors comment s’y prendre pour aborder ce mystère? Une possibilité consiste à consulter le ciel pour nous aider à mieux nous connaître et découvrir les tendances de notre avenir. Il n’est pas dans le pouvoir des planètes de prédire les événements de notre vie, mais il leur est possible de proposer les potentiels qui nous attendent dans les mois et les années à venir. Les astres proposent mais les êtres disposent dit le dicton populaire.

L’astrologie propose différentes techniques prédictives. Le principe des transits est le plus répandu. Au moment de notre naissance les planètes occupent chacune une position dans le ciel. On les appelle les planètes natales et elles sont immuables durant notre parcours. À d’autres moments de notre vie ces mêmes planètes occuperont des nouvelles positions dans le ciel et on les appelle les planètes transitantes. Chacune des planètes transitantes fait un angle mesurable avec chacune des planètes natales. Certains angles ont un effet harmonieux sur notre vie et d’autres un effet dissonant. Le point fort de cette approche est que ses résultats sont très bons, mais le point faible est que la lecture de l’interprétation en devient vite trop analytique. Il faudra attendre l’avancée dans l’intelligence artificielle pour créer un narratif mieux intégré.

Il existe une autre technique prédictive appelée la révolution solaire. Chaque année nous fêtons notre anniversaire. Il s’agit d’une date charnière entre l’année écoulée et l’année à venir. Il est possible de calculer le moment exact de notre anniversaire lors du transit du Soleil sur la position natale du Soleil. La carte du ciel au moment de l’anniversaire sera calculée à la seconde près pour l’endroit où nous passons notre anniversaire. C’est ce qu’on appelle la carte du ciel de la révolution solaire et qui va marquer les 12 mois de l’année qui va suivre. L’expérience a démontré que l’impact de l’année à venir peut déjà être ressenti 3 mois avant l’anniversaire et pourra se prolonger pendant 3 mois au-delà de l’année qui suit l’anniversaire. Alors que la carte du ciel de naissance marque une personne pour sa vie entière, les transits vont marquer une personne au jour le jour pour une période donnée et la révolution solaire marquera l’année entre deux anniversaires consécutifs. Je viens de commencer un travail d’envergure destiné à créer les interprétations des révolutions solaires personnalisées pour chacun et chacune d’entre nous. Je vous tiendrai au courant au fur et à mesure de mes progrès.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Santa Luzia – Achat

Le bonheur est comme les palais des îles enchantées dont les dragons gardent les portes. Il faut combattre pour le conquérir… –Alexandre Dumas

Santa Luzia

La seule île privée du Cap Vert

D’une part, rares sont les promoteurs immobiliers qui peuvent être fiers d’avoir ajouté le nom d’une ville nouvelle sur une carte Google. Tel fut le cas de “Miratejo” et ses 4000 logements sur la rive sud du Tage à Lisbonne. Soit dit en passant que c’est dans le cadre de ce projet que j’ai introduit les hypothèques privées au Portugal. Pour la première fois un acheteur allait pouvoir acquérir son logement et le payer en 20 ans. D’autre part, rares aussi sont ceux dont une propriété se soit trouvée dans un atlas avant de figurer dans le cadastre. Telle fut le cas de l’île de “Santa Luzia” dans l’archipel du Cap Vert. Il y a une cinquantaine d’années, même le gouverneur du Cap Vert ne savait pas que cette île était une propriété privée. Tout a commencé le jour où un ingénieur qui travaillait pour “Miratejo” vint m’annoncer que lui et sept membres de sa famille étaient les cohéritiers de l’île de Santa Luzia et cherchaient à la vendre pour sortir d’indivision.

L’histoire remonte en 1918 lorsqu’une épidémie de grippe venue d’Espagne allait tuer 60,000 Portugais. Pour la protection de sa famille, l’arrière-grand-père de l’ingénieur acquit l’île, y construisit une petite maison pour y accueillir les siens. La leçon de l’arrière-grand-père est qu’en temps d’épidémie ou de guerre, il faut aller vivre là où on sauve sa peau et celles de ses proches. Après l’épidémie l’île fut abandonnée. Le prix de vente proposé par l’ingénieur était acceptable et avec deux investisseurs, nous décidâmes d’aller de l’avant dans l’acquisition de l’île. Des documents anciens attestaient que l’île était privée. Le contrat d’achat fut rédigé par notre avocat, le prix fut payé au vendeur et la vente fut consommée. C’est alors qu’un bémol survint lors du paiement de la taxe de transmission. Le Département des Finances du Cap Vert n’était pas au courant que l’île de Santa Luzia était une propriété privée et refusait d’accepter le payement de la taxe de transmission. C’est alors que notre avocat et moi allions rencontrer le gouverneur de l’archipel pour lui soumettre les documents historiques. Nous le rencontrerons dans son palais sur l’île de Boa Vista.

Le gouverneur devait nous donner une réponse le lendemain matin. Nous louons un avion privé pour aller à l’île de São Vicente chercher l’argent de la taxe, puis aller à l’île de São Nicolau payer la taxe et finalement revenir à l’aéroport de l’île de Sal pour retourner à Lisbonne. L’avion privé n’était pas équipé pour voler de nuit et nous devions arriver à l’île de Sal au plus tard à 18h30. La réponse favorable du gouverneur n’arrive qu’à 13h30 et ce sera une course contre la montre. On part immédiatement vers la banque de São Vicente qui n’a pas d’argent et qui nous donne une traite bancaire à encaisser chez un commerçant de l’île de São Nicolau. Nous arrivons à l’aérodrome en terre battue de São Nicolau où il n’y a personne. Un type sur un vélomoteur permet à l’avocat d’arriver juste à temps avec l’argent avant la fermeture du bureau des Finances. La taxe est payée et nous arrivons tout juste à 18h30 pour prendre l’avion de Lisbonne. Nous voilà propriétaires de l’île de Santa Luzia. Des complications sérieuses allaient seulement commencer. À suivre.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Drame et Miracle

Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. –Victor Hugo, Notre-Dame de Paris (1831). Prémonitions d’écrivain?





Immense tristesse

L’âme blessée de Notre-Dame

Gravure sur cuivre (impression) par Matthäus Merian l’Ancien (1650) – Notre Dame de Paris

Cette semaine pascale fut marquée par l’incendie partiel de Notre Dame de Paris. Sous l’emprise des flammes, la charpente en bois de chêne d’origine entraina les deux-tiers de la toiture en plomb dans sa destruction. La sévérité du feu causera également la chute de la célèbre flèche de la cathédrale. Heureusement, il n’y a pas eu à déplorer de morts et la structure en pierre a résisté aux flammes. La quasi-totalité des oeuvres d’art ont également pu être sauvées. À la destruction soudaine de l’un des grands symboles du christianisme et de la France s’associe la perte du sentiment d’invulnérabilité. Après l’acceptation de l’irréversibilité du drame, la vie va reprendre ses droits. Toutefois psychologiquement une certaine confiance en soi aura été ébranlée. Les choses ne seront plus jamais les mêmes, il y aura un avant et un après l’incendie de Notre Dame.

Dans les heures qui suivirent le début de l’incendie, le procureur de Paris confia une enquête préliminaire à la police judiciaire. Les enquêteurs entendirent une quinzaine de témoins, dont des ouvriers d’un chantier en cours. Moins de vingt-quatre heures après, le procureur déclara écarter la possibilité d’un acte criminel et qualifier la situation de «destruction involontaire par incendie». Quatre jours plus tard, les enquêteurs affirmèrent que la cause probable serait un court-circuit, voire une erreur dans le logiciel, ce qui est contredit par l’ancien architecte en chef de la cathédrale. Tous les experts savent que cela prend des mois et parfois des années pour déterminer la cause d’un incendie. Alors en quelques heures ou quelques jours pour un édifice comme la cathédrale de Notre Dame de Paris, il est bien évidemment trop tôt pour conclure quoi que ce soit. Qu’il s’agisse d’un acte volontaire ou non, le mal est fait. La blessure de l’âme de la cathédrale est irréparable.

Bien sûr on pourra réparer la partie endommagée de l’édifice, mais pas la perte du sacré des bâtisseurs originaux, ni celle de la foi des fidèles investie au fil des siècles, ni l’âme collective de l’oeuvre d’art. En moins de vingt-quatre heures, l’argent de la reconstruction était mobilisé par les richissimes de France et du monde. À ces fonds sans âme, j’aurais plutôt préféré un investissement plus spirituel réuni par la population française et le Vatican. La nouvelle construction ne pourra jamais remplacer l’âme perdue et ne sera finalement qu’une copie vidée de son sacré. Décréter aujourd’hui sans base factuelle que la cause de l’incendie est involontaire ne peut être qu’une décision politique. Beaucoup de questions restent sans réponse pour le moment, tout spécialement si la cause se révélait être volontaire. De plus si le terrorisme devait en être à l’origine, la situation pourrait dégénérer en guerre civile de religion. Dans une telle éventualité, il est préférable d’attendre un peu pour connaitre la vérité et éviter d’attiser les haines à chaud. Que ce weekend de Pâques soit porteur de sagesse, d’amour et de paix pour tous.

Dans la lumière et l’harmonie.

Serge

La Réalité Cosmique

On peint avec le cerveau pas avec les mains. –Michel-Ange

Émanations Divines

Un autre éclairage sur les religions

À l’âge de 55 ans je me suis tourné vers des études formelles en psychologie, auprès du “Pacifica Graduate Institute” en Californie. L’enseignement y était basé sur la théorie et la pratique de la psychologie des profondeurs, mais aussi sur la littérature, la mythologie et l’art. Il nous était requit de produire une oeuvre d’art par trimestre. C’est alors que j’ai découvert l’art numérique comme mon média de prédilection et focalisé plus spécialement sur l’art symbolique. Dix ans plus tard, j’ai publié un livre richement illustré intitulé “Symbols in Art” qui incluait une trentaine de tableaux de maîtres symbolistes ainsi qu’une trentaine des miens. Le tableau ci-dessus intitulé “Émanations Divines” (2001) se concentre sur le divin présent dans la coexistence des nombreuses croyances spirituelles.

Le rayon de lumière blanche issue du doigt de Dieu de Michel-Ange représente l’énergie divine cosmique dirigé du haut vers le bas. L’arc-en-ciel coloré symétrique dirigé du bas vers le haut représente la multitude des religions du passé et du présent. Le symbole central représente un yogi dans une posture de méditation assis sur un sol orange sous un ciel bleu. Le yogi dans un triangle prismatique symbolise la multitude des sociétés apparues au fil des temps et dans différents lieux. Chaque religion correspond à une couleur qui ont toutes un sens, car elles répondent aux besoins spirituels et moraux de chaque société. Plusieurs paires de symboles sont présentes dans le tableau.

(1) Divin et humain: le doigt de Dieu de Michel-Ange symbolise le divin tandis que le yogi représente l’humain à travers l’histoire, (2) Est et Ouest: le doigt de Dieu appartient à un homme de culture occidentale, tandis que le yogi représente la culture orientale, (3) Matériel et spirituel: le sol orange correspond à l’élément terre qui symbolise la matière, tandis que le bleu clair équivaut à l’élément air qui symbolise l’esprit. (4) Spiritualité intérieure et extérieure: Tandis que les religions occidentales recherchent le divin à l’extérieur, la posture de méditation du yogi implique sa recherche du divin à l’intérieur, (5) Blanc et couleurs: Les couleurs de l’arc-en-ciel représentent toutes les religions passées et présentes, toutes des émanations de la même énergie divine originelle. Le tableau évoque que dans l’art comme dans la vie, l’intégration des contraires est source de lumière et d’harmonie.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Le Bien et le Mal

Pégase terrassant le Dragon

La 2ème statue la plus élevée des États-Unis (Hallandale Beach) après la Statue de la Liberté

La nature n’a aucun principe. Elle ne distingue pas le bien du mal. –Anatole France

Hallandale Beach se trouve dans la banlieue nord de Miami en Floride. J’y ai résidé il y a quelques années. À quelques minutes de chez moi un promoteur y a développé le “Gulfstream Park”, un grand village commercial et résidentiel articulé autour d’un Casino. À l’entrée de la propriété, il a fait construire une gigantesque statue en acier et bronze d’un poids de 462 tonnes représentant “Pégase terrassant le Dragon”. Avec 30 mètres de hauteur, il s’agit de la 2ème statue la plus haute des États-Unis après la Statue de la Liberté.

Pégase, le cheval ailé issu de la mythologie grecque, représente le lien entre la terre et le ciel. Il symbolise du pouvoir bienfaiteur de l’imagination, honorant tout spécialement les poètes. Le Dragon, cracheur de feu issu de légendes européennes représente un reptile géant menaçant. Il symbolise le pouvoir destructeur que les chevaliers se devaient de combattre. Métaphoriquement, Pégase représente le bien terrassant le Dragon qui représente le mal.

Telle la statue de Saint Michel terrassant le dragon au sommet de la flèche de l’hôtel de ville de Bruxelles, la culture n’a cessé d’encourager le bien à terrasser le mal. Quelle erreur !!! Le bien et le mal sont indissociables. On ne peut avoir un versant de la montagne au soleil sans en avoir un autre à l’ombre. Le bien et le mal sont pile et face de la même pièce. En tuant le mal on tue aussi le bien.

L’agressivité fait partie de la nature humaine. La dénier et la réprimer, tel que ce fut le cas depuis des siècles, n’a rien fait d’autre qu’accumuler une violence qui nous revient aujourd’hui en force. Alors que faire? Il n’est pas trop tard. Il nous faut dompter notre Dragon intérieur sans le tuer. À chacune et chacun d’apporter sa contribution et la masse fera imploser par surprise les Dragons extérieurs menaçants.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge