L’Euro et l’Italie

Ceux qui quitteront l’euro les premiers seront ceux qui s’en sortiront le mieux. —Joseph Stiglitz, prix Nobel d’Economie (2001)




Quitter l’euro à l’Italienne

En trois temps

Cela fait des années que je n’arrête pas de dire que l’euro est un leurre. La monnaie unique devait apporter une économie européenne plus grande que la somme de ses pays et dont chacun bénéficierait d’une plus grande part du gâteau. Il n’en a rien été, tout au contraire. Pour chaque pays, l’euro coûte beaucoup plus cher qu’il ne rapporte. L’euro n’a jamais été autre chose que le Deutsche Mark habillé autrement. Les guerres d’aujourd’hui sont cybernétiques, financières et pétrolières avant d’être militaires. Les guerres précédentes étaient avant tout territoriales à des fins agricoles. Aujourd’hui, ce n’est plus nécessaire. Toutefois, les armes continuent de proliférer pour consolider le pouvoir des grandes puissances aux fins d’intimidation envers leurs adversaires. Depuis la création de l’euro, le seul gagnant fut l’Allemagne au détriment de tous les autres pays européens. Le Luxembourg et les Pays-Bas s’en sortent tout juste grâce à leurs activités de paradis fiscaux.

Cela fait des années que je n’arrête pas de dire que l’euro est un même mot qui couvre des choses différentes. L’euro allemand n’est pas le même que l’euro français, italien, espagnol ou portugais. L’euro utilisé chez un épicier à Milan n’est pas le même que l’euro international investi de façon spéculative à partir de l’Italie. Cela fait des années que je recommande une double monnaie. (1) Une monnaie nationale, valable seulement dans le pays, pour payer l’épicier local et (2) une monnaie européenne tel que l’euro pour le commerce international et les investissements dans le monde. Durant les deux décennies de l’euro, l’Italie n’a cessé de voir son parc industriel décliner d’année en année. Mario Draghi a utilisé la Banque Centrale Européenne pour créer de la fausse monnaie, acheter de la dette italienne et reculer l’échéance de l’effondrement de l’Italie. Les limites sont atteintes, il n’y a plus route pour donner des coups de pied dans la canette et gagner encore plus de temps. L’Italie doit quitter l’euro, mais les traités européens les en empêchent. Par le passé, lorsqu’il s’est agi des finances, les Italiens n’ont jamais été à court de solutions créatives.

Quitter l’euro à l’italienne… Voici leur plan en trois temps.
Étape Nº 1– Émettre des mini-bots (“Buoni Ordinari del Tesoro”). Il s’agit ds bons du Trésor italien en petites coupures de 1 à 500 euros, qui ne sont utilisables qu’en Italie pour payer des impôts et des dettes fiscales. Ce premier pas est destiné à habituer les Italiens à utiliser une monnaie complémentaire autre que l’euro pour payer le fisc italien. L’Italie peut imprimer autant de mini-bots qu’elle le souhaite alors qu’elle ne le peut pas avec l’euro à cause des traités européens.
Étape Nº 2 – Utiliser les mini-bots dans le commerce italien et non pas seulement pour le fisc.
Étape Nº 3 – Lorsqu’ils seront prêts, quitter l’UE et retourner à la lire italienne.
On peut s’attendre à ce qu’il se passe des années de résistance par ceux à qui l’UE et l’euro profitent. On peut comparer cette situation à celle du Brexit qui n’est toujours pas sorti de l’UE trois ans après le référendum, alors que le Royaume-Uni n’avait même jamais rejoint l’euro. Dans un contexte très différent, une idée similaire fut tentée en Californie en 2009 et en Argentine en 2000, et fut évoquée en Grèce en 2015, L’échec de ces trois précédents ne va pas empêcher l’Italie de lancer ses mini-bots. Super Mario s’y oppose. Il est question qu’il soit muté de la présidence de la Banque Européenne à la Federal Reserve.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Fausses Élections

– L’adulte ne croit pas au Père Noël, il vote. —Pierre Desproges
– Tout le monde est de gauche, sauf quand on vote. —Jacques Brel
Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit. —Coluche
– Je respecte trop la démocratie pour risquer de la dérégler en votant. —Roland Topor

Le 24 février 2017, c’est-à-dire deux mois avant le premier tour des élections présidentielles en France, j’ai publié un article intitulé “Les Élections Bidon En France”. En voici l’essentiel.

Marine Le Pen et Emmanuel Macron apparaissent comme les deux candidats qui se détachent du peloton. Que ce soit Le Pen ou Macron, à la fin c’est toujours Rothschild qui gagne. Les jeux ne se jouent pas à Paris mais à la City de Londres. Mon propos n’est pas ici de faire de la politique, mais uniquement de révéler le dessous des cartes des prochaines élections en France. Il n’y a aucun secret sur le lien existant entre Rothschild et son protégé Macron, qui fut le gérant-associé de la Banque Rothschild entre 2008 et 2012. Le lien entre Rothschild et Le Pen est moins évident. Tous les ans, le magazine financier anglais « The Economist » publie un numéro spécial sur l’année à venir. Le magazine est de fait le porte-parole public de Rothschild et la couverture contient toujours des messages cryptés sur ses plans. L’édition de 2017 continue cette tradition. Pour les élections en Europe nous regarderons plus spécialement la carte de la « Roue De La Fortune » qui montre trois dirigeants politiques européens qui tournent la tête en avant dans une rotation dans le sens des aiguilles d’une montre. Deux tournent avec leurs têtes vers le bas et seule Marine Le Pen a la tête tournée vers le haut. Notons que tous les trois sont attachés à la Roue de la Fortune ce qui signifie qu’ils n’ont aucune liberté d’action par eux-mêmes et sont totalement dépendants de la puissance du décideur. Il y a deux urnes dans le bas, où chacune contient un bulletin de vote avec une lettre “x”, indiquant que le “x” peut être truqué en faveur de n’importe quel candidat choisi par celui qui tient la manivelle pour faire tourner la roue. Il est évident que pour Rothschild, le décideur invisible de la manivelle n’est autre que lui. En soi, les élections sont décidées bien à l’avance et ne sont donc que des shows de télé-réalité pour distraire la population des sujets véritables tels que l’emploi, la crise financière et les conflits mondiaux.

Que ce soit Le Pen ou Macron, les marionnettistes et les scénaristes sont les mêmes, eux-mêmes tenus en courte laisse par leurs maîtres. Les décisions concernant la France ne sont pas prises à Paris mais à Londres qui se sert de Bruxelles pour relayer ses instructions à chacun des pays membres. Les élections de dimanche passé n’ont eu d’européennes que le nom car elles furent avant tout nationales. Chaque pays avait son mode scrutin propre et un électeur ne pouvait pas choisir un candidat autre que ceux de son pays. Par exemple un électeur français n’avait pas la possibilité de voter pour un candidat européen tel qu’un italien ou un espagnol. Il en a été de même pour chacun des 27 autres pays. Les organisateurs des élections ont préféré diviser l’Europe en nations pour continuer à régner sans crainte d’être devancés par des candidats européens populaires. Il s’agit là de la négation même de l’unité de l’Europe. Comment se fait-il que cette hypocrisie ne soit pas dénoncée ? Analysons plus en détail les résultats de dimanche dans l’illustration ci-dessus.

Les gagnants et les perdants sautent immédiatement aux yeux. Le vote de chaque électeur européen est consolidé dans un parti politique européen dont l’électeur se soucie peu et dont personne n’a jamais entendu parler de son leader. Par exemple, Le EPP (179 sièges) le parti centre-droit est dirigé par Manfred Weber,  S&D (153 sièges) le parti de gauche est dirigé par Frans Timmermans et ALDE (105 sièges) le parti des libéraux est dirigé par Margrethe Vestager. Les médias traditionnels de chaque pays analysent les résultats sur leur impact partisan national et non sur celui des partis politiques européens. Les modes de scrutin varient d’un pays à l’autre. Par exemple, en Belgique le vote est obligatoire et pas ailleurs, en Allemagne il n’y a pas de plancher pour gagner des sièges alors qu’en France il faut qu’un parti recueille au moins 5% des votes, etc… Tout cela n’a d’ailleurs pas beaucoup d’ importance puisque le Parlement Européen n’a de toute façon aucun pouvoir. L’illustration ci-dessus réconcilie les chiffres par parti européen, le nombre de sièges en 2019 et la différence d’avec 2014, le nombre de sièges de la France en 2019, la correspondance entre les partis européens et français et l’impact géographique. Analysez-la par curiosité. Un post intitulé “La Fausse Europe” publié ce jour sur ce blog analyse la supercherie.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Amour et Pouvoir

Là où l’amour règne, il n’y a pas de volonté de puissance; et là où le pouvoir prédomine, il manque l’amour. L’un est l’ombre de l’autre. –Carl Jung

Le pouvoir de l’amour

est l’opposé de l’amour du pouvoir

Deux provinciaux Français sur cinq ne mangent pas à leur faim et ils ne sont pas prêts de disparaître. En 3 mois les Gilets Jaunes ont radicalement changé la face de la France. La vie des Français ne sera plus jamais la même. Durant une visite à Bar-le-Duc le 16 février, Brigitte Macron est sortie de son long mutisme en affirmant que “Les Français ont besoin de savoir qu’on les aime. Ils ont un président qui les aime.” … Cela fait des semaines qu’il le confirme en tuant et mutilant à vie sa population en colère contre les abus du pouvoir. Les forces de l’ordre sont encouragées à utiliser des armes de guerre interdites dans les manifestations par l’ONU et par l’Union Européenne …

Le monde change beaucoup ces derniers temps. Avez-vous remarqué le grand nombre d’importantes alliances nouvelles. En voici une liste factuelle sans qualification subjective de bonne ou de mauvaise nouvelle. À chacun et chacune son opinion. (1) Le Vatican et l’Islam: à Abu Dhabi, le pape François et le Grand Imam d’Al Azhar viennent de signer un document de Fraternité Humaine, (2) L’ONU et les Immigrants: le Pacte de Marrakesh se prononce bien au-delà de la mission de paix de l’ONU dans le monde, (3) La France et l’Allemagne: le Traité d’Aix-la-Chapelle n’en est pas moins que le renoncement de la souveraineté de la France en faveur de l’Allemagne, (4) Les Gilets Jaunes et l’Italie: l’exécutif italien populiste se range contre l’exécutif européiste français, (5) Les Gilets Jaunes et les Black Box: l’amalgame inexistant condamné par l’exécutif est maintenant devenu réalité. (6) Le Royaume Uni et la Suisse: en vue du Brexit, les deux pays viennent de signer un accord commercial et (7) Apple et Amazon: les deux géant s’allient au détriment de la perte de confidentialité des données de leurs membres.

Pourquoi ces faits nous inspirent-ils de l’appréhension? Parce que nous ne sommes pas consultés sur les affaires du monde et que nous n’y avons aucun contrôle. La seule chose en notre pouvoir en est la gestion de notre perception. Vous avez raison de me demander où réside l’espoir qui est le titre de ce blog? Le dicton populaire dit que la lumière se trouve au bout du tunnel. Pas avant. Ceci signifie qu’il faut d’abord appréhender l’obscurité pour ensuite connaître la lumière. Il n’y a pas de raccourci. Même une femme intelligente aura eu besoin de 9 mois pour donner la lumière du jour à son nouveau-né. L’obscurité et la lumière sont déjà en nous et la solution à notre appréhension se trouve dans notre prise de conscience. Elle se fait par leurs observations sans jugement. La partie difficile en est le “sans jugement”. Lorsque nous nous rendrons compte que l’observateur (nous) et l’observé (notre perception des ténèbres et notre perception de la lumière) sont les mêmes, alors l’éveil se produira et l’appréhension se dissoudra d’elle-même. Facile à dire, mais je peux vous assurer que notre paix intérieure vaut bien la démarche de la prise de conscience.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

France – Allemagne

Le Traité d’Aix-la-Chapelle

Quel est le but caché de cet accord franco-allemand?

Cette semaine fut marquée le mardi 22 janvier par la signature de l’important Traité d’Aix-la-Chapelle entre Macron et Merkel. Il s’agit d’un nouvel accord de coopération entre les deux pays sur tous les plans et en particulier sur le plan politico-militaire avec le prétexte de la création d’une future armée européenne. Macron et Merkel n’ont pas jugé bon de soumettre le texte du traité pour approbation préalable ni à leur parlement ni à leur population, ni non plus aux 25 autres pays de l’Union Européenne. Pourquoi la cachoterie du texte révélé seulement trois jours avant sa signature? Pourquoi cette précipitation? Pourquoi maintenant? Pour François Asselineau, ancien candidat à la présidence, ce traité est pour le moins une forfaiture et au pire une trahison. Les médias traditionnels quant à eux s’en prennent aux opposants du traité plutôt qu’à la réfutation de leurs arguments. Par ailleurs, le fait que la thèse de fin d’études de Macron était à propos de Machiavel pourrait bien servir d’indication.

En général, les blogs américains voient l’Europe de l’extérieur. Martin Armstrong est un économiste financier qui se penche sur l’analyse du passé en vue d’anticiper l’avenir. Je lis régulièrement son blog qui n’hésite jamais à émettre des opinions originales. À propos du traité franco-allemand, Martin Armstrong a écrit un article pertinent. Merkel est en fin de course comme Chancelière et Macron devenu très impopulaire se trouve confronté par la montée de l’insurrection en France. La vraie question qu’il faut se poser à propos du traité est contre qui l’Europe a-t’elle besoin d’une armée? Pour protéger l’Europe contre la Russie? Pas vraiment, l’OTAN s’en occupe. Alors qui? Et pourquoi maintenant? La réponse se trouve dans le bon sens. Il est question de protéger le gouvernement de Bruxelles contre les peuples européens qu’il administre.

Martin Armstrong soutient un parallèle historique avec l’Empire byzantin au 6ème siècle. À Constantinople, comme pour Macron, l’empereur Justinien était l’objet d’émeutes populaires. Le manque de soutien de son armée et de sa police encourageait une révolte croissante de la population, qui alla jusqu’à désigner un nouvel empereur. Justinien était sur le point de s’enfuir lorsqu’il fut sauvé par une armée impériale venue de l’extérieur de la ville et qui massacrèrent 30,000 rebelles. Ceci expliquerait la nécessité d’une armée européenne aujourd’hui. En cas de situation incontrôlable, si ordonnés par Bruxelles les Grecs n’auraient aucune hésitation d’aller tuer les Allemands et ces derniers n’auraient aucun problème d’attaquer les Italiens. La clé du maintien de l’ordre réside dans le soutien d’une troupe armée venant de l’extérieur. Espérons qu’une telle machination machiavélique soit dénoncée avant d’avoir un rôle désastreux à jouer.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

2019 Vu par Algarath

Hypothèses pour 2019

Proposées par Algarath

Émettre des opinions sur l’avenir est toujours un exercice risqué. Certains futurologues prétendent faire des prévisions d’événements, mais personne ne peut les prévoir avec certitude. D’autres plus honnêtes émettent des opinions avec des probabilités qualifiées. Ces opinions auront le droit à l’erreur au même titre que celles des économistes, des météorologues et des docteurs. Algarath, dont je suis un lecteur assidu du blog depuis des années fait partie de ceux-là. Au fil des années, il a accumulé une érudition encyclopédique sur les sujets touchant nos vies et le monde. Il vient de publier ses hypothèses pour l’année 2019 que je livre à votre réflexion. Algarath classe ses hypothèses en 4 groupes:

  • Hypothèses vraisemblables (probabilité bien supérieure à 50%)
  • Hypothèses 50 / 50
  • Hypothèses pas à écarter (probabilité assez largement inférieure à 50%, disons 20%)
  • Hypothèses écartées (chance égale à zéro)

Algarath affirme que certaines de ces hypothèses VONT SE CONCRÉTISER.

Hypothèses vraisemblables (probabilité bien supérieure à 50%)

  • La FED va continuer à augmenter les taux courts (de prise en pension). Trois hausses en 2019, ce qui fait que les taux longs à 10 ans (^TNX) vont commencer à dépasser 3,5 %. On ne sera pas loin du taux neutre (on va dire 3,9%) qui va déclencher l’éclatement des bulles et le plus gros transfert d’argent des poches des imbéciles vers celles des banquiers internationaux (Rothschild).
  • Les crypto monnaies vont progresser, ainsi que les systèmes de transferts (XRP) qui remplacent avantageusement le système Swift, ce qui va être très douloureux pour le dollar US.
  • Le nouvel ordre libéral va encore péricliter plus avant. Les alternatives « populistes » genre Le Pen, Les Insoumis, et les Gilets Jaunes vont largement tailler des croupières au monde libéral.
  • Les Européennes laisseront une large part aux alternatives populistes ci-dessus et à Dupont Aignan. Si l’UPR arrive à se financer elle recueillera aussi des voix.
  • L’UE va s’enfoncer encore plus vers une issue fatale.
  • L’Italie va lancer sa monnaie, le Florin. Les billets sont déjà imprimés. Elle va faire défaut des remboursements de sa dette sur une partie et elle va rembourser l’autre partie avec des florins dévalués (Lex Monetae), et celle-ci est détenue par les banques allemandes pour 500 milliards d’Euros. Les banques allemandes vont aller en banqueroute.
  • L’Allemagne entre en récession assez dure.
  • L’Italie risque de sortir de L’UE et de la zone Euro, ce qui fait que l’UE va disparaître sous sa forme actuelle.
  • Macron et les Gilets Jaunes vont s’écharper. Les insurrections seront importantes, la répression policière du pouvoir sera forte. Il y aura des morts mais Macron va devoir concéder un peu plus.
  • Le niveau d’adhésion des Français à la macronerie va encore diminuer.
  • En 2019 on sera à mi mandat de Macron et il sera énormément bloqué pour faire des réformes.
  • Des groupes divers vont mener des insurrections : Les retraités, les fonctionnaires. Et le mouvement Gilets Jaunes va s’intensifier.
  • Les Gilets Jaunes vont énormément s’organiser.
  • Le RIC va être discuté. Pas la version ridicule que le gouvernement va sortir, mais une version pondue professionnellement par les Gilets Jaunes.
  • Introduction de certains référendums « légers »
  • Adoption d’une taxe mondiale sur le transport en raison de la multiplication des inquiétudes relatives au climat
  • Trump va être bien placé pour un deuxième mandat
  • Le Brexit va se faire, sûrement sous sa forme « dure »

Hypothèses 50 / 50

  • Dissolution du gouvernement
  • Dissolution de l’Assemblée Nationale
  • Macron devra gouverner avec une partie de l’opposition au pouvoir
  • Gouvernement d’Union Nationale
  • Introduction d’une dose de proportionnelle
  • La police va poser des problèmes de grève au gouvernement.
  • Le RN / FN perd des voix aux Européennes à cause des voix nouvelles des Gilets Jaunes (au moins 10 ou 15%)
  • Les LR et le PS vont continuer à baisser. La classe moyenne n’en veut plus.
  • L’Union Européenne annule les remboursements de certaines dettes des États, dont la France.
  • Introduction de référendums « conséquents »
  • Prise en compte des votes blancs dans les scrutins.

Hypothèses pas à écarter (probabilité assez largement inférieure à 50%, disons 20%)

  • Révolution Française
  • Ralliement de l’armée et de la police au Peuple
  • Macron est arrêté, et aussi peut-être assassiné lors de la prise de l’Élysée
  • Purges physiques. Certains députés LaREM sont assassinés.
  • La technocratie au gouvernement est jugée, certains technocrates sont assassinés
  • La synarchie est jugée.
  • La Banque de France est nationalisée et la France emprunte auprès d’elle à taux zéro.
  • Rééquilibrage vers la France périphérique.
  • Les Jacobins perdent pied, les girondins prennent des positions assez fortes.
  • La démocratie participative compte à part égale avec la démocratie représentative.
  • La dette odieuse française n’est pas remboursée.
  • L’UE disparaît
  • Le pacte de Marrakech est dénoncé et la France en sort
  • Immigration stoppée
  • Le SMIC à 2000 Euros
  • Plafonnement du taux des dividendes autorisé
  • Droit de révoquer les politiciens par le Peuple
  • Trump limoge Powell de la FED

Hypothèses écartées (chances égales plus ou moins à zéro)

  • L’impôt sur le revenu est annulé
  • Forte imposition sur les successions
  • Nationalisations partielles imposées aux entreprises
  • Macron est jugé

Source: Algarath 2019

Bonne année à toutes et tous.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge