L’Avenir Multipolaire

Mon seul rival international, c’est Tintin ! —Propos de Charles de Gaulle à André Malraux, cité dans “Les chênes qu’on abat”, Malraux, éd. Gallimard, 1971, p. 120

Les États-Unis

La fin d’une hégémonie

Cela fait plus d’un siècle que les États-Unis ont dominé le monde de façon unipolaire. Les choses sont en train de changer. Le 25 juillet 2015, c’est-à-dire il y a quasi quatre ans, j’ai publié un article intitulé “Le cycle de vie de l’empire américain et sa destinée” et qui n’intéressa presque personne. Depuis lors, la géopolitique mondiale a évolué et cet article est devenu plus pertinent que jamais. En voici l’essentiel.

Basée sur les cycles de vie des empires, les États-Unis connaitront les sept dernières années de leur superpuissance durant la période de 2015 à 2022. Pendant trois millénaires, la vie des empires a été constamment d’une durée moyenne entre 240 et 250 ans, indépendamment des changements majeurs dans la vitesse de transport et la sophistication des armes. Tous les cycles des empires de l’histoire ont suivi le même processus de développement en huit phases: (1) déclenchement, (2) conquête, (3) commerce, (4) richesse, (5) intelligence, (6) décadence, (7) déclin et (8) effondrement. Quelle qu’eut été sa puissance financière, son pouvoir politique et la connaissance des cycles historiques passés, aucun leader d’un empire n’a jamais pu empêcher sa suprématie de s’effondrer. La fin de la suprématie américaine se produira aux alentours de 2022-2023. Cela signifiera seulement la fin de la suprématie des États-Unis, mais pas la fin des États-Unis. Comme la Grande-Bretagne qui a continué d’exister après l’effondrement de sa superpuissance en 1950, il en sera de même pour les États-Unis. À ce moment-là, la Chine sera encore au début de son cycle de superpuissance. Un consensus sur la suprématie mondiale bipolaire USA-Chine émergera dans les décennies à venir.

Depuis, les États-Unis sont peu à peu en train de perdre leur pouvoir unipolaire et la vision d’un monde multipolaire commence de poindre à l’horizon. Ce 29 mai 2019, un interessant article intitulé “Qu’est-ce que cela signifie de vivre dans un monde multipolaire ? Nous pouvons être sur le point de le savoir” publié par l’Independent Media Institute sous la plume de Marshall Auerback, analyste de marché et commentateur. En voici l’essentiel.

Depuis des décennies, Washington s’est attaqué à une Chine montante, dont le développement économique menaçait sa domination historique. Le récent échec des négociations commerciales sino-américaines a amené un certain nombre de commentateurs à suggérer que la prééminence unipolaire de l’Amérique était terminée. Nous pouvons assister à un conflit similaire à celui de la guerre froide entre les deux superpuissances. Alors, qu’arrive-t-il au reste d’entre nous? Un monde jusque-là globalisé se retirera-t-il de plus en plus en blocs opposés? Ou le reste du monde peut-il développer un multilatéralisme plus silencieux et plus stable? La réalité du monde du XXIe siècle est que ni les États-Unis ni la Chine ne peuvent forcer des pays tiers à rejoindre leurs blocs respectifs, comme cela fut le cas pour les États-Unis et l’Union Soviétique. Sur le plan géopolitique, la tâche qui incombe à la plupart des pays est de comprendre qu’il ne s’agit pas du choix existentiel de l’ancienne guerre froide. Plus vraisemblablement, ce sera un retour à une théorie selon laquelle il n’y a pas d’amis ou d’alliés éternels, mais seulement des intérêts communs qui peuvent changer de temps à autre. Dans ce cas, le monde bipolaire pourrait bien évoluer vers un monde multipolaire.

En ce qui concerne l’avenir de la France et de l’Europe, la révolution française eut lieu le 14 juillet 1789, soit 13 ans après l’indépendance des États-Unis en 1776. L’attentat terroriste du 11 septembre 2001 sur les tours de New York, fut suivi le 7 janvier 2015 par l’attentat terroriste de Charlie Hebdo à Paris, soit 13 ans plus tard. Basé sur les mêmes phases des cycles des empires, 2001 est le début de l’effondrement des États-Unis et 2015 celui de la France. Le parallèle entre le cycle hégémonique des États-Unis et celui de la France laisserait alors présager que la fin de la suprématie de la France et de l’Europe prendrait fin environ 13 ans après celle les États-Unis, ce qui serait autour de 2035-2036. Pour plus d’infos sur le cycle de la France depuis la Prise de la Bastille, voir le post intitulé “France Hégémonie” dans ce blog. Un post complémentaire intitulé “Paix au Moyen-Orient” est également publié ce jour dans ce blog.

La Lumière

En temps de paix et de prospérité économique on peut vivre n’importe où. En temps de crise économique il faut vivre là où on gagne sa vie. En temps de guerre il faut vivre là où on sauve sa peau. –Ma maman

















Lumière éternelle et amour infini

Il y a toujours de la lumière à la fin du tunnel. Il est important d’avoir la foi dans cette lumière qui jaillira de l’obscurité. Dans la nature ça ne se passe jamais autrement, le soleil revient toujours après la pluie. À chacun et chacune sa vision d’avenir. En ce qui me concerne, je vois la lumière dans un monde plus humain et plus juste symbolisé par le renouveau de l’ère du Verseau. Cette approche me réconforte pour traverser les ténèbres qui précèdent toujours la lumière. Avant de voir le jour, le nouveau-né doit d’abord passer à travers l’obscurité du tunnel utérin. Il n’y a jamais de lumière avant le tunnel et il n’y a pas de raccourci. Refuser l’obscurité ne l’empêche pas de continuer d’exister. Observer les ténèbres telles qu’elles sont est la clé incontournable pour espérer voir la lumière.

Nous ressentons tous et toutes des incertitudes sur notre avenir et sur celui du monde. Nous voulons que notre sécurité et notre confort se perpétuent de façon éternelle. Les politiciens corrompus et les médias vendus au service des ploutocrates nous mentent continuellement pour nous le faire croire. Voir les ténèbres en face demande du courage et de l’audace. Le courage d’arrêter de nous mentir à nous-même et l’audace de renoncer à certaines habitudes et conditionnements. La ploutocratie avec quelques oligarques à son sommet semble diriger le monde. Il ne s’agit plus ici du capitalisme, ni même de ses abus, car son idéologie fut dévoyée par la seule possession de richesses à l’échelle planétaire. Nous ne sommes sur cette terre ni pour être des consommateurs, ni pour se tuer au travail à produire des objets dont nous n’avons aucun besoin dans le seul but d’enrichir les ploutocrates encore plus.

Les causes de nos misères trouvent toutes leurs origines dans la divinisation du pouvoir de l’argent. Nous avons accepté de désacraliser les valeurs naturelles des êtres humains au service du Dieu argent. Ce qui a ouvert la porte à toutes les corruptions, spéculations et divisions ainsi qu’à la multiplication des conflits locaux, nationaux et mondiaux. Les ploutocrates ont renoncé à leurs identités et s’identifiant au pouvoir de leur colossale fortune. Toutefois, ils doivent manger, boire, dormir et aller à la toilette comme tout le monde. Ils ne sont pas plus intelligents que n’importe qui. L’argent ne remplira jamais le vide intérieur qui résulta d’avoir vendu leur âme et qui explique leur besoin jamais satisfait de vouloir toujours plus de pouvoir. Tout extrême finit toujours par se renverser dans son opposé. On se doit de l’espérer pour un retour à la démocratie et à la liberté.

Dans la lumière et l’harmonie.

Serge