La Psychologie

N’entretiens pas l’espoir de ce qui ne peut être espéré. —Pythagore

Osterrieth, Daco, Dolto

Mes premiers bouquins de psychologie

La Faculté des Sciences Appliquées de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), aussi nommée “École Polytechnique”, forme des ingénieurs civils. C’est la seule faculté qui, en plus du diplôme de fin d’études secondaires, requiert le passage d’un examen d’entrée. Ayant réussi l’admission, me voilà embarqué vers une carrière technique qui, avec le recul, ne correspondait pas vraiment avec mes aspirations profondes. J’irai toutefois jusqu’au bout et deviendrai ingénieur civil des constructions. Durant ces années d’études j’étais toutefois plus intéressé par la psychologie que par la résistance des matériaux. Encouragé par une amie étudiante en psychologie, j’ai suivi sur le côté ses cours en élève libre. Tout cela remonte à une soixantaine d’années.

Ces circonstances m’ont permis d’avoir le privilège de suivre les cours de Paul Osterrieth qui était l’expert de la psychologie de l’enfant, dont le livre traduit en plusieurs langues faisait de lui une sommité mondiale. Pour le développement de l’enfant, il distinguait 5 phases. (1) 0 à 15 mois: l’âge bébé, (2) 15 à 36 mois: la découverte du moi propre, (3) 3 à 6 ans: la découverte du monde réel, (4) 6 à 9 ans: la dissolution du moi primitif et (5) 9 à 12 ans: la maturité enfantine. En parallèle á son enseignement académique, Paul Osterrieth avait aussi un cabinet de consultation privée. Je n’oublierai jamais son anecdote d’une cliente qui était venue le consulter dans une tenue sale et négligée, et à laquelle il conseilla de rentrer chez elle et de revenir quand elle serait présentable. C’était le meilleur service qu’il pouvait lui rendre pour l’aider à retrouver son estime de soi.

Par la suite, j’ai eu le privilège de participer à un atelier de psychologie de l’enfant donné par Françoise Dolto à l’Université de Louvain. Son bon sens pratique était impressionnant et sa règle d’or était de ne jamais mentir aux enfants. Ils sont capables de gérer n’importe quelle vérité, mais peuvent être marqué à vie par le flou du mensonge. Mon premier livre de psychologie générale fut “Les Prodigieuses Victoires de la Psychologie Moderne” par Pierre Daco. Il s’agissait d’un ouvrage de vulgarisation pour néophytes. Un de mes amis psychanalyste attira mon attention sur certaines erreurs des hypothèses freudiennes. J’ai eu un échange de correspondance avec Pierre Daco pour le rencontrer, mais qui est resté sans suite. Par la suite je me suis tourné vers Carl Jung qui influença jusqu’à ce jour ma passion pour la psychologie. La leçon: vivez votre passion et chaque jour vous marquera d’un réel bonheur.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Crise Cardiaque

Les crises, les bouleversements et la maladie ne surgissent pas par hasard. Ils nous servent d’indicateurs pour rectifier une trajectoire, explorer de nouvelles orientations, expérimenter un autre chemin de vie. –Carl Jung

Comment
La Lumière
du Ciel

Sauva ma vie

Il y a une vingtaine d’années à Orlando en Floride, j’ai eu une crise cardiaque. C’était au mois d’août et tout a commencé par un après-midi d’orage. Tout à coup un sentiment d’angoisse avec vertige m’envahit. Je n’avais jamais expérimenté cela auparavant. Je me suis allongé sur le lit et le malaise finit par passer. Le lendemain dans l’après-midi le même sentiment allait se reproduire. Là je conclus qu’il s’agissait de quelque chose de sérieux et pris ma voiture en direction des urgences de l’hôpital. Un blocage artériel critique fut diagnostiqué. Une arrivée plus tardive se serait révélée fatale. Le chirurgien du coeur déboucha l’artère coupable, y posa un stent et je fus sauvé. À cette époque, dans 40% des cas les stents cicatrisaient mal et dans mon cas une deuxième intervention s’avéra nécessaire deux mois plus tard. Aujourd’hui ce type de problème n’existe plus car les nouveaux stents sont enrobés d’un produit pharmaceutique qui empêche la mauvaise cicatrisation.

Quelle était la possibilité d’une nouvelle rechute? Ceci était une question dont personne ne connaissait la réponse. L’astrologie allait me sauver la vie. Je consultais le ciel de la crise du mois d’août, y détectais une configuration de tension et vérifiais si elle allait se reproduire. Cela allait être le cas pour le début du mois de mai de l’année à venir. Dans l’entretemps, un cardiologue rencontré au hasard d’une soirée m’indiqua qu’à Washington un docteur faisait de la recherche sur le traitement des mauvaises cicatrisations par radiations. Je pris contact avec ce dernier, lui transmis mon dossier médical et obtins toutes ses données pour le rejoindre en cas d’urgence. Fin avril, je ressentis un malaise et consultais mon cardiologue local qui diagnostiqua un blocage de l’artère à 95%. Un rendez-vous immédiat fut pris avec le docteur de Washington qui me reçut toutes affaires cessantes et qui me soigna avec succès. Sans la réponse du ciel, je ne me serais sûrement jamais préparé pour cette intervention. Qui sait? Je ne serais peut-être pas en train d’écrire ces quelques lignes aujourd’hui. Merci Madame la Chance.

Après quelques années de répit, une nouvelle complication cardiaque apparut qui demanda un triple pontage. Merci à l’excellent chirurgien qui m’a redonné un nouveau bail sur la vie. Deux décennies se sont écoulées depuis le premier épisode et je me porte très bien. Pendant les cinq années qui ont suivi la première intervention j’ai fait du yoga deux fois par semaine, mangé végétarien, pratiqué de la marche ainsi que me tourner dans des activités artistiques. Je me suis aussi créé un petit déjeuner (voir le post “Longévité” pour la recette) que j’ai pris tous les matins pendant une douzaine d’années. Je suis en très bonne forme et vous le pouvez aussi. Ce qui compte c’est de vivre le meilleur de chaque jour qui passe. Pour la petite histoire, cela fait une dizaine d’années que j’ai arrêté tous les médicaments et ne m’en porte que mieux. Que cette histoire puisse inspirer ceux et celles qui passent par certains moments difficiles de leur vie. Il y a toujours une lumière au bout du tunnel.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Le Yi King

La vie est un jeu. Le Yi King est une sorte de règles du jeu qui se joue à partir de la vertu, de la connaissance et de l’expérience. Ceux qui jouent bien gagnent la sagesse, les autres deviennent superstitieux. Dans le monde, il y a énormément de gens qui jouent avec les autres à travers la superstition. Seuls ceux qui atteignent la sagesse savent comment prendre soin d’eux-mêmes. –Yi Wu, philosophe, écrivain et mon professeur.

Yi King

Philosophie ou divination ou les deux?

Il y a une vingtaine d’années à San Francisco, j’ai eu le privilège d’apprendre le Yi King avec le Dr. Yi Wu, professeur de philosophie chinoise auprès du “California Institute of Integral Studies”. Ces études allaient parachever ma formation académique en psychologie avec emphase en psychologie des profondeurs selon Carl Jung. C’est alors que je fus invité à l’Université Normale de Guangzhou (Canton) comme un des conférenciers à la première conférence sur la psychologie occidentale et la philosophie orientale. L’organisateur, le Dr. Shen Heyong, était un professeur de l’Université et qui fut l’un des pionniers à introduire la psychologie dans le monde académique Chinois. Jusqu’alors pour les Chinois, la psychologie était considérée comme une superstition.

Les Chinois n’avaient pas besoin de psychologues du fait que l’Orient est une culture collective. À l’inverse de l’Occident individualiste, il y a un grand nombre de personnes vivant sous le même toit en Chine. Comme il y a toujours quelqu’un à qui parler, les Chinois font de la psychothérapie en permanence entre eux sans s’en rendre compte. Ma présentation à la conférence allait proposer un pont tangible entre les deux cultures. Tout spécifiquement en reliant chacun des 8 trigrammes de base du Yi King avec chacun des 8 types de personnalités selon Carl Jung. Ce travail original n’avait jamais été réalisé auparavant, pas même par Carl Jung, qui pourtant avait tous les éléments sous la main. Sur le plan pratique, j’ai été amené à créer un test de personnalité qui allait permettre de mesurer les corrélations entre les deux cultures.

Il y a plusieurs années, je me demandais quel livre j’aimerais emporter si je devais couler le restant de mes jours sur une île déserte? Mon choix porta sur l’inépuisable Yi King. Une cinquantaine de livres sur le sujet ainsi mes notes de cours se trouvent archivés aux États-Unis. Depuis, mon professeur le Dr. Yi Wu publia son livre de cours. C’est avec grande joie que je reçus ce livre cette semaine. À 50 ans Confucius connaissait le sens de sa vie, mais considérait qu’il ne lui restait plus assez d’années à vivre pour se dédier à l’étude du Yi King. Selon lui, seulement alors il pourrait devenir libre de grandes erreurs. Telle que pour la cabale, l’étude du Yi King n’est recommandée qu’à partir de l’âge de 40 ans. Et vous, quel livre choisiriez-vous pour emporter sur l’île déserte?

Dans la lumière et l’harmonie.

Serge

Amour et Pouvoir

Là où l’amour règne, il n’y a pas de volonté de puissance; et là où le pouvoir prédomine, il manque l’amour. L’un est l’ombre de l’autre. –Carl Jung

Le pouvoir de l’amour

est l’opposé de l’amour du pouvoir

Deux provinciaux Français sur cinq ne mangent pas à leur faim et ils ne sont pas prêts de disparaître. En 3 mois les Gilets Jaunes ont radicalement changé la face de la France. La vie des Français ne sera plus jamais la même. Durant une visite à Bar-le-Duc le 16 février, Brigitte Macron est sortie de son long mutisme en affirmant que “Les Français ont besoin de savoir qu’on les aime. Ils ont un président qui les aime.” … Cela fait des semaines qu’il le confirme en tuant et mutilant à vie sa population en colère contre les abus du pouvoir. Les forces de l’ordre sont encouragées à utiliser des armes de guerre interdites dans les manifestations par l’ONU et par l’Union Européenne …

Le monde change beaucoup ces derniers temps. Avez-vous remarqué le grand nombre d’importantes alliances nouvelles. En voici une liste factuelle sans qualification subjective de bonne ou de mauvaise nouvelle. À chacun et chacune son opinion. (1) Le Vatican et l’Islam: à Abu Dhabi, le pape François et le Grand Imam d’Al Azhar viennent de signer un document de Fraternité Humaine, (2) L’ONU et les Immigrants: le Pacte de Marrakesh se prononce bien au-delà de la mission de paix de l’ONU dans le monde, (3) La France et l’Allemagne: le Traité d’Aix-la-Chapelle n’en est pas moins que le renoncement de la souveraineté de la France en faveur de l’Allemagne, (4) Les Gilets Jaunes et l’Italie: l’exécutif italien populiste se range contre l’exécutif européiste français, (5) Les Gilets Jaunes et les Black Box: l’amalgame inexistant condamné par l’exécutif est maintenant devenu réalité. (6) Le Royaume Uni et la Suisse: en vue du Brexit, les deux pays viennent de signer un accord commercial et (7) Apple et Amazon: les deux géant s’allient au détriment de la perte de confidentialité des données de leurs membres.

Pourquoi ces faits nous inspirent-ils de l’appréhension? Parce que nous ne sommes pas consultés sur les affaires du monde et que nous n’y avons aucun contrôle. La seule chose en notre pouvoir en est la gestion de notre perception. Vous avez raison de me demander où réside l’espoir qui est le titre de ce blog? Le dicton populaire dit que la lumière se trouve au bout du tunnel. Pas avant. Ceci signifie qu’il faut d’abord appréhender l’obscurité pour ensuite connaître la lumière. Il n’y a pas de raccourci. Même une femme intelligente aura eu besoin de 9 mois pour donner la lumière du jour à son nouveau-né. L’obscurité et la lumière sont déjà en nous et la solution à notre appréhension se trouve dans notre prise de conscience. Elle se fait par leurs observations sans jugement. La partie difficile en est le “sans jugement”. Lorsque nous nous rendrons compte que l’observateur (nous) et l’observé (notre perception des ténèbres et notre perception de la lumière) sont les mêmes, alors l’éveil se produira et l’appréhension se dissoudra d’elle-même. Facile à dire, mais je peux vous assurer que notre paix intérieure vaut bien la démarche de la prise de conscience.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Le Feng Shui

Me voici pure attente, où es-tu claire cascade ? Il suffit que tu viennes, pour que soit mélodie. –François Cheng, le premier académicien français d’origine chinoise.

Le feng shui

Gérer l’énergie qui nous entoure

Le feng shui est une discipline orientale dont les préceptes ont pour but de gérer l’énergie à l’intérieur et à l’extérieur des immeubles pour le mieux-être de ses occupants. Les deux mots chinois “feng” et “shui” se traduisent par “vent” et “eau”. J’ai eu le grand privilège d’être formé à cette discipline par des grands maîtres tels que Larry Sang à Los Angeles, William Spear dans le Connecticut et l’Australien Roger Green à New York. Basé sur leurs enseignements et sur ceux de la psychologie moderne, j’ai développé une méthode adaptée à la culture occidentale.

Transposer les préceptes chinois de l’Orient à l’Occident sans adaptation culturelle ne peut pas donner de résultats. Les croyances du conseiller se doivent de coïncider avec celles de sa culture. Ma méthode a conservé les valeurs universelles de la tradition chinoise et substitué les valeurs culturelles chinoises par des valeurs occidentales. Alors que la Chine est une société collective, l’Europe et les États-Unis sont des sociétés individualistes. Cela signifie qu’à l’inverse de l’Orient, les conseillers occidentaux se pencheront d’abord sur les personnes avant de recommander des modifications de l’environnement du bâtiment.

Mes hypothèses occidentales reposent sur la typologie de la personnalité selon les théories de Carl Jung. J’ai pu établir une corrélation mesurable entre les 8 types de personnalités de Jung et les 8 trigrammes de base du Yi King. J’ai eu l’opportunité de présenter un pont concret entre les deux cultures à l’Université de Guangzhou (Canton) à un public d’une centaine de personnes composé par moitié de philosophes chinois et par moitié de psychologues occidentaux. Par la suite, j’ai enseigné ma méthode dans différents pays dont une formation auprès des femmes architectes de Belgique.

J’ai également donné des consultations et aidé des personnes avec des questions pratiques. Un logement est toujours le reflet de la personnalité de ses occupants. Pour mettre de l’ordre dans notre confusion intérieure il faut commencer par mettre de l’ordre dans notre vie extérieure. La première chose à faire consiste à éliminer le fouillis de la pièce la plus désordonnée de notre habitation. Alors allez-y sans attendre !!!

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge