L’Avenir Multipolaire

Mon seul rival international, c’est Tintin ! —Propos de Charles de Gaulle à André Malraux, cité dans “Les chênes qu’on abat”, Malraux, éd. Gallimard, 1971, p. 120

Les États-Unis

La fin d’une hégémonie

Cela fait plus d’un siècle que les États-Unis ont dominé le monde de façon unipolaire. Les choses sont en train de changer. Le 25 juillet 2015, c’est-à-dire il y a quasi quatre ans, j’ai publié un article intitulé “Le cycle de vie de l’empire américain et sa destinée” et qui n’intéressa presque personne. Depuis lors, la géopolitique mondiale a évolué et cet article est devenu plus pertinent que jamais. En voici l’essentiel.

Basée sur les cycles de vie des empires, les États-Unis connaitront les sept dernières années de leur superpuissance durant la période de 2015 à 2022. Pendant trois millénaires, la vie des empires a été constamment d’une durée moyenne entre 240 et 250 ans, indépendamment des changements majeurs dans la vitesse de transport et la sophistication des armes. Tous les cycles des empires de l’histoire ont suivi le même processus de développement en huit phases: (1) déclenchement, (2) conquête, (3) commerce, (4) richesse, (5) intelligence, (6) décadence, (7) déclin et (8) effondrement. Quelle qu’eut été sa puissance financière, son pouvoir politique et la connaissance des cycles historiques passés, aucun leader d’un empire n’a jamais pu empêcher sa suprématie de s’effondrer. La fin de la suprématie américaine se produira aux alentours de 2022-2023. Cela signifiera seulement la fin de la suprématie des États-Unis, mais pas la fin des États-Unis. Comme la Grande-Bretagne qui a continué d’exister après l’effondrement de sa superpuissance en 1950, il en sera de même pour les États-Unis. À ce moment-là, la Chine sera encore au début de son cycle de superpuissance. Un consensus sur la suprématie mondiale bipolaire USA-Chine émergera dans les décennies à venir.

Depuis, les États-Unis sont peu à peu en train de perdre leur pouvoir unipolaire et la vision d’un monde multipolaire commence de poindre à l’horizon. Ce 29 mai 2019, un interessant article intitulé “Qu’est-ce que cela signifie de vivre dans un monde multipolaire ? Nous pouvons être sur le point de le savoir” publié par l’Independent Media Institute sous la plume de Marshall Auerback, analyste de marché et commentateur. En voici l’essentiel.

Depuis des décennies, Washington s’est attaqué à une Chine montante, dont le développement économique menaçait sa domination historique. Le récent échec des négociations commerciales sino-américaines a amené un certain nombre de commentateurs à suggérer que la prééminence unipolaire de l’Amérique était terminée. Nous pouvons assister à un conflit similaire à celui de la guerre froide entre les deux superpuissances. Alors, qu’arrive-t-il au reste d’entre nous? Un monde jusque-là globalisé se retirera-t-il de plus en plus en blocs opposés? Ou le reste du monde peut-il développer un multilatéralisme plus silencieux et plus stable? La réalité du monde du XXIe siècle est que ni les États-Unis ni la Chine ne peuvent forcer des pays tiers à rejoindre leurs blocs respectifs, comme cela fut le cas pour les États-Unis et l’Union Soviétique. Sur le plan géopolitique, la tâche qui incombe à la plupart des pays est de comprendre qu’il ne s’agit pas du choix existentiel de l’ancienne guerre froide. Plus vraisemblablement, ce sera un retour à une théorie selon laquelle il n’y a pas d’amis ou d’alliés éternels, mais seulement des intérêts communs qui peuvent changer de temps à autre. Dans ce cas, le monde bipolaire pourrait bien évoluer vers un monde multipolaire.

En ce qui concerne l’avenir de la France et de l’Europe, la révolution française eut lieu le 14 juillet 1789, soit 13 ans après l’indépendance des États-Unis en 1776. L’attentat terroriste du 11 septembre 2001 sur les tours de New York, fut suivi le 7 janvier 2015 par l’attentat terroriste de Charlie Hebdo à Paris, soit 13 ans plus tard. Basé sur les mêmes phases des cycles des empires, 2001 est le début de l’effondrement des États-Unis et 2015 celui de la France. Le parallèle entre le cycle hégémonique des États-Unis et celui de la France laisserait alors présager que la fin de la suprématie de la France et de l’Europe prendrait fin environ 13 ans après celle les États-Unis, ce qui serait autour de 2035-2036. Pour plus d’infos sur le cycle de la France depuis la Prise de la Bastille, voir le post intitulé “France Hégémonie” dans ce blog. Un post complémentaire intitulé “Paix au Moyen-Orient” est également publié ce jour dans ce blog.

L’Eurasie

La création des États-Unis d’Europe est une nécessité si l’on considère la situation économique et technique. Savoir si l’union suffira à la paix et à la sécurité ne peut être prédit par quiconque avec certitude, mais je pense qu’un “oui” est plus probable qu’un “non”. –Albert Einstein (1949).

Eurasie

Un nouveau continent

Dans une perspective mondialiste, l’Amérique du Nord, l’Europe et les autres continents sont séparés par des océans. Pour tendre vers le globalisme, il faudra bien qu’un jour l’Europe et l’Asie s’unissent en Eurasie. Les stratégies des mondialistes se produisent dans le secret absolu et ne peuvent être déchiffrées que par spéculation. De plus, chaque clan d’oligarques a sa stratégie propre dont seuls un petit nombre ont connaissance. Le clan mono-polaire de l’État Profond des États-Unis est opposé au clan multipolaire de la Cité de Londres qui repose sur l’expansion de la Chine. Comme dans tous les désaccords, une partie lutte pour le statu-quo et l’autre pour le changement. En l’occurence, les USA souhaitent la continuation d’un siècle d’hégémonie et Londres parie sur l’Europe avec la Chine comme point de départ de l’émergence de l’Eurasie. Cela explique les différences fondamentales entre la stratégie de Londres consistant à diviser pour régner aux USA, et unir pour contrôler en Europe. À noter en passant que la population américaine est armée alors que celle de l’Europe ne l’est pas.

Il y a quelques jours j’ai eu une conversation avec quelqu’un de Bretagne qui se sentait plus Breton que Français et qui ne se sentait alors là pas du tout Européen. Pour lui Eurasien ou Martien serait du pareil au même. Comme pour l’Europe, l’Eurasie est une idée séduisante en théorie, mais qui se révèlerait inefficace dans la pratique. Toutes les nations sont enclines à recevoir des fonds de la communauté, mais se dissocient lorsqu’il s’agit de collectiviser les dettes. Reste à construire une nouvelle sorte de gouvernement qui éviterait les erreurs commises en Europe. Le modèle de la Grèce ancienne me semble être une option d’espoir pour l’humanité. Chaque royaume grec était indépendant et dirigé par un roi aux pleins pouvoirs. Toutefois, ils se sont tous unis lorsqu’il s’est agi d’aller combattre les Troyens. Plus petite que la nation, la région permet l’identification individuelle et plus grande une identité collective.

Quoiqu’il soit rare de trouver une citation d’un oligarque, voici ce que disait Edmond de Rothschild en 1970. “Parce que chaque individu éprouve le besoin de se situer dans un milieu restreint, il s’identifiera à une province, que ce soit le Wurtemberg ou la Savoie, la Bretagne, l’Alsace-Lorraine ou le pays Wallon. Dans ces conditions, la structure qui va disparaître, le verrou qui doit sauter, c’est la nation parce qu’elle est inadaptée au monde moderne : tantôt trop petite, tantôt trop grande.” Alors l’Europe des régions? Pourquoi pas? Et pourquoi pas l’Eurasie des régions? Dans la mesure où les populations bénéficieraient de véritable sécurité, de justice et de paix, un tel modèle pourrait être un compromis d’espoir entre la vision d’Edmond de Rothschild et un gouvernement mondial juste et humain. Enfumage attention!! Certains qualifieront ce rêve de naïf ou d’idéaliste. Peut-être? Mais de loin préférable à l’alternative destructrice …

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Le Feng Shui

Me voici pure attente, où es-tu claire cascade ? Il suffit que tu viennes, pour que soit mélodie. –François Cheng, le premier académicien français d’origine chinoise.

Le feng shui

Gérer l’énergie qui nous entoure

Le feng shui est une discipline orientale dont les préceptes ont pour but de gérer l’énergie à l’intérieur et à l’extérieur des immeubles pour le mieux-être de ses occupants. Les deux mots chinois “feng” et “shui” se traduisent par “vent” et “eau”. J’ai eu le grand privilège d’être formé à cette discipline par des grands maîtres tels que Larry Sang à Los Angeles, William Spear dans le Connecticut et l’Australien Roger Green à New York. Basé sur leurs enseignements et sur ceux de la psychologie moderne, j’ai développé une méthode adaptée à la culture occidentale.

Transposer les préceptes chinois de l’Orient à l’Occident sans adaptation culturelle ne peut pas donner de résultats. Les croyances du conseiller se doivent de coïncider avec celles de sa culture. Ma méthode a conservé les valeurs universelles de la tradition chinoise et substitué les valeurs culturelles chinoises par des valeurs occidentales. Alors que la Chine est une société collective, l’Europe et les États-Unis sont des sociétés individualistes. Cela signifie qu’à l’inverse de l’Orient, les conseillers occidentaux se pencheront d’abord sur les personnes avant de recommander des modifications de l’environnement du bâtiment.

Mes hypothèses occidentales reposent sur la typologie de la personnalité selon les théories de Carl Jung. J’ai pu établir une corrélation mesurable entre les 8 types de personnalités de Jung et les 8 trigrammes de base du Yi King. J’ai eu l’opportunité de présenter un pont concret entre les deux cultures à l’Université de Guangzhou (Canton) à un public d’une centaine de personnes composé par moitié de philosophes chinois et par moitié de psychologues occidentaux. Par la suite, j’ai enseigné ma méthode dans différents pays dont une formation auprès des femmes architectes de Belgique.

J’ai également donné des consultations et aidé des personnes avec des questions pratiques. Un logement est toujours le reflet de la personnalité de ses occupants. Pour mettre de l’ordre dans notre confusion intérieure il faut commencer par mettre de l’ordre dans notre vie extérieure. La première chose à faire consiste à éliminer le fouillis de la pièce la plus désordonnée de notre habitation. Alors allez-y sans attendre !!!

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge