Le Yi King

La vie est un jeu. Le Yi King est une sorte de règles du jeu qui se joue à partir de la vertu, de la connaissance et de l’expérience. Ceux qui jouent bien gagnent la sagesse, les autres deviennent superstitieux. Dans le monde, il y a énormément de gens qui jouent avec les autres à travers la superstition. Seuls ceux qui atteignent la sagesse savent comment prendre soin d’eux-mêmes. –Yi Wu, philosophe, écrivain et mon professeur.

Yi King

Philosophie ou divination ou les deux?

Il y a une vingtaine d’années à San Francisco, j’ai eu le privilège d’apprendre le Yi King avec le Dr. Yi Wu, professeur de philosophie chinoise auprès du “California Institute of Integral Studies”. Ces études allaient parachever ma formation académique en psychologie avec emphase en psychologie des profondeurs selon Carl Jung. C’est alors que je fus invité à l’Université Normale de Guangzhou (Canton) comme un des conférenciers à la première conférence sur la psychologie occidentale et la philosophie orientale. L’organisateur, le Dr. Shen Heyong, était un professeur de l’Université et qui fut l’un des pionniers à introduire la psychologie dans le monde académique Chinois. Jusqu’alors pour les Chinois, la psychologie était considérée comme une superstition.

Les Chinois n’avaient pas besoin de psychologues du fait que l’Orient est une culture collective. À l’inverse de l’Occident individualiste, il y a un grand nombre de personnes vivant sous le même toit en Chine. Comme il y a toujours quelqu’un à qui parler, les Chinois font de la psychothérapie en permanence entre eux sans s’en rendre compte. Ma présentation à la conférence allait proposer un pont tangible entre les deux cultures. Tout spécifiquement en reliant chacun des 8 trigrammes de base du Yi King avec chacun des 8 types de personnalités selon Carl Jung. Ce travail original n’avait jamais été réalisé auparavant, pas même par Carl Jung, qui pourtant avait tous les éléments sous la main. Sur le plan pratique, j’ai été amené à créer un test de personnalité qui allait permettre de mesurer les corrélations entre les deux cultures.

Il y a plusieurs années, je me demandais quel livre j’aimerais emporter si je devais couler le restant de mes jours sur une île déserte? Mon choix porta sur l’inépuisable Yi King. Une cinquantaine de livres sur le sujet ainsi mes notes de cours se trouvent archivés aux États-Unis. Depuis, mon professeur le Dr. Yi Wu publia son livre de cours. C’est avec grande joie que je reçus ce livre cette semaine. À 50 ans Confucius connaissait le sens de sa vie, mais considérait qu’il ne lui restait plus assez d’années à vivre pour se dédier à l’étude du Yi King. Selon lui, seulement alors il pourrait devenir libre de grandes erreurs. Telle que pour la cabale, l’étude du Yi King n’est recommandée qu’à partir de l’âge de 40 ans. Et vous, quel livre choisiriez-vous pour emporter sur l’île déserte?

Dans la lumière et l’harmonie.

Serge

Sincérité et Humilité

Sincérité et Humilité

Les deux plus importantes vertus selon la tradition orientale

L’humilité dirige l’homme supérieur; la sincérité et la fidélité lui servent d’accomplissements. –Confucius

La vérité est une qualité, mais la sincérité est une vertu. De même, la modestie est une qualité, mais l’humilité est une vertu. La sincérité et l’humilité sont les deux plus importantes vertus de notre vie. Ce sont les deux mots qui dominèrent l’enseignement que j’ai eu la chance de recevoir à San Francisco par le Dr. Yi Wu, professeur de philosophie chinoise auprès du “California Institute of Integral Studies”. Dr. Wu m’a impressionné par l’ampleur de son savoir et de sa simplicité. Ses cours, dont l’existence était peu connue, n’étaient suivis que par un tout petit nombre. Dr. Wu nous y présenta son approche originale du Yi King, où chaque classe était dédiée à l’approfondissement de l’un des 64 hexagrammes. Depuis il publia un livre sur ce sujet intitulé “I Ching – The Book of Changes and Virtues”, dont je viens de prendre connaissance et que je me suis empressé de commander.

La vérité est objective alors que la sincérité est subjective. Le centre de la vérité se trouve dans notre tête alors que celui de la sincérité se trouve dans notre coeur. L’insincérité se trouve omniprésente dans le monde de la publicité. Prenons l’exemple flagrant de Tylenol, le médicament dominant le marché américain contre les maux de tête. Leur slogan publicitaire annonce que “Tylenol est le médicament antidouleur le plus utilisé par les hôpitaux”. Cette affirmation est véridique, puisque les hôpitaux utilisent massivement Tylenol. Toutefois, le slogan infère que les hôpitaux choisissent Tylenol parce que les médecins le recommandent pour sa qualité supérieure, ce qui n’est pas le cas. Les hôpitaux utilisent surtout Tylenol car il leur est fourni gratuitement. Le slogan est donc véridique mais insincère.

De même, la modestie est objective alors que l’humilité est subjective. Une personne modeste fait preuve de retenue dans sa façon de s’exprimer avec les autres, avec toutefois la possibilité hypocrite de la fausse modestie. Une personne humble a réduit l’importance de son ego et se trouve en sincère harmonie avec son identité profonde. Une personne sincère et humble prend conscience de sa liberté d’esprit, dont le centre se trouve dans son âme. Une telle personne pourra ainsi décider de ce qui lui convient sans devoir demander la permission à qui que ce soit. “Connais-toi toi-même …” a dit Pythagore “… et tu connaîtras tous les mystères de l’univers”.

Dans la lumière et l’harmonie.

Serge