L’Île de la Cité

Les matériaux de l’urbanisme sont le soleil, les arbres, le ciel, l’acier, le ciment, dans cet ordre hiérarchique et indissolublement. –Le Corbusier














Notre Dame 2024

Et la Rénovation de l’île de la Cité

Le 7 décembre 2015, le Président de la République François Hollande a confié à Mr Perrault, architecte et urbaniste, et Mr Bélaval, Président du Centre des Monuments Nationaux, une mission d’étude et d’orientation sur ce que pourrait être la place de l’Île de la Cité à l’horizon des 25 prochaines années. Le rapport de la mission fut remis à Mr Hollande et Mme Hidalgo, maire de Paris, le 16 décembre 2016 comme prévu. Le rapport de 56 pages, auquel s’ajoutent 9 planches graphiques, se conclut par une liste de 35 recommandations. Une exposition publique du projet dans l’édifice de la Conciergerie eut lieu du 15 février au 2 mai 2017. Une semaine après, le 7 mai 2017, Mr Macron entre à l’Élysée et hérite du project de l’Île de la Cité. Presque deux ans plus tard, les choses sont compliquées. Le président doit faire face aux émeutes hebdomadaires des Gilets Jaunes commencées le 17 novembre 2018, à l’opposition d’une majorité de la population ainsi qu’aux implications du récent incendie de Notre Dame de Paris.

Le rapport des deux architectes insiste sur la candidature de Paris pour accueillir les Jeux olympiques de 2024 et celle de la France pour devenir hôte de l’Exposition Universelle de 2025. Il recommande d’envisager de profiter des dynamiques de l’entretemps pour enclencher les travaux relatifs au nouveau schéma de mobilité de l’île ainsi qu’au renforcement des attraits paysagers et touristiques. L’accroissement prévisible du nombre de touristes présents à Paris dans le cadre de ces deux manifestations engage l’Île de la Cité à renforcer d’ici à ces échéances l’offre de logements et de services de l’île. Le rapport indique aussi (1) que l’on doit entre autre parvenir à réintroduire des activités ayant quitté l’Île de la Cité, grâce à de nouveaux espaces dégagés, (2) que l’on va offrir des logements de toutes natures, activités tertiaires, notamment en cherchant à y faire s’implanter des start-ups et bien sûr des commerces et services, et (3) que l’esquisse du projet démontre la possibilité de créer environ 100000 m² nouveaux sur l’île – soit une valeur foncière nouvelle dépassant le milliard d’euros – sans transformation radicale de son paysage.

En tant que promoteur immobilier je peux dire que chaque grand projet se trouve confronté à des défis quotidiens sans fin, depuis le concept jusqu’à l’occupation et la gérance des nouveaux bâtiments. De façon générale trois obstacles majeurs sont à surmonter. Ils consistent dans l’obtention (1) du soutien politique pour les permis de bâtir, (2) du soutien économique pour le financement du projet et (3) du soutien social pour le marketing des immeubles. Ceci est encore plus vrai pour un projet d’envergure comme celui de la rénovation urbaine de l’Île de la Cité. La reconstruction due à l’incendie de Notre Dame sur l’île de la Cité pourrait bien servir de catalyseur à la rénovation urbaine du projet global de l’Île. Les circonstances vont permettre d’obtenir à la fois le soutien des politiciens, celui des fonds du mécénat et celui de la population par solidarité. L’idéal pour faciliter la promotion du projet. Les utilisateurs d’espace se positionnent déjà pour ce qui sera la chasse gardée de l’un des plus prestigieux centres du commerce de luxe mondial. Arnault (Louis Vuitton), Pinault (Gucci) et les autres sont-ils des mécènes ou des affairistes? À suivre.

Dans la lumière et l’harmonie.

Serge