Fausse Europe

Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri, en disant : l’Europe ! l’Europe ! l’Europe !… Mais ça n’aboutit à rien et ça ne signifie rien. Je répète : il faut prendre les choses comme elles sont. —Charles de Gaulle, 14 décembre 1965

Depuis la célèbre citation du Général en 1965, l’Europe est un mot qui n’a cessé de faire une grande carrière dans le vide. Je n’ai jamais rencontré une seule personne qui se soit vraiment sentie européenne. Un grand nombre de personnes d’Europe s’identifient à leur nation et certaines souvent plus encore à leur région. À part de l’encre sur du papier en législations stériles et en fausse monnaie, l’Europe n’a jamais rien produit. Aucun résultat utile pour ses pays membres et leurs populations. Ni sur le plan économique, ni sur le plan social, ni sur le plan politique. Rien, un grand zéro. Comment pourrait-il en être autrement puisque l’Europe ne crée aucune valeur ajoutée. La seule chose qu’elle fait c’est collecter de l’argent des pays membres et en restituer une partie, tout en gardant la différence pour payer les institutions et les rémunérations parasitaires. Pour trouver à qui le crime européen profite , il faut suivre la filière de l’argent.

Le 18 novembre 2016, il y a donc deux ans et demi, j’ai publié un article intitulé “Qui Sont Ces Milliardaires Qui Gouvernent Le Monde Et Nos Vies?” En voici l’essentiel.

Il y a deux groupes qui se battent pour le pouvoir financier mondial et toutes leurs décisions sont uniquement fonction des intérêts, alliances et oppositions de leur propre camp, sans le moindre souci pour les populations concernées. Par example, ils décideront de la paix ou de la guerre dans le monde en manipulant politiciens, médias, électeurs et machines à voter. Cet article va vous donner la clé pour comprendre ce qui se trame en coulisses. Les deux groupes financiers en compétition pour le gouvernement du monde sont comme deux familles de la mafia. Non seulement ils opèrent dans la clandestinité, mais ils sont également en guerre les uns contre les autres. D’un côté il y a l’État Profond Américain et de l’autre la City de Londres. Le tableau qui suit explicite côte à côte leurs dirigeants, contrôles et stratégies, et aide à comprendre les questions du passé aussi bien que les alliances et oppositions régissant le présent et l’avenir.

ÉTABLISSEMENT MONDIAL
ÉTAT PROFOND USA

BUSH DYNASTIE
GEORGE SOROS
BARACK OBAMA
HILLARY CLINTON
JANET YELLEN

Banque Mondiale
Federal Reserve System
Devise Unique de Réserve
US Dollar
Goldman Sachs

Leader Unipolaire Du Monde
USA
Europe Divisée
Vieux Paradigme
Déclin – Passé

Guerre Militaire
Paix Financière

ÉLITES MONDIALES
CITY DE LONDRES

ROTHSCHILD DYNASTIE
ROCKFELLER DYNASTIE
THERESA MAY
DONALD TRUMP
CHRISTINE LAGARDE

Fond Monétaire International
Banque Règlements Internationaux
Droits De Tirages Spéciaux
US-Europe-UK-Japon-Chine Devises
JPMorgan Chase

Leaders Multipolaires Du Monde
USA + UK + Russie + Chine
Europe Unie
Nouveau Paradigme
Ascension – Futur

Paix Militaire
Guerre Financière

Que quelqu’un me donne une bonne raison pour soutenir cette Europe bidon. Alors pourquoi élire des centaines de marionnettes qui vont siéger dans le parlement inutile d’une institution qui ne sert à rien pour les pays membres? Les élections font partie partie du spectacle pour distraire la population pendant qu’on lui fait les poches par l’impôt et la spoliation. Quel enfumage !!! Que ce soit Le Pen ou Macron, les marionnettistes et les scénaristes sont les mêmes, eux-mêmes tenus en courte laisse par leurs maîtres. Les élections de dimanche passé n’ont eu d’européennes que le nom et furent avant tout à usage intérieur de chaque pays. Un post intitulé “Les Fausses Élections” publié ce jour sur ce blog analyse la supercherie.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Donald Trump

Parfois, en perdant une bataille, vous trouvez un nouveau moyen de gagner la guerre. –Donald Trump

Donald Trump

Le courage de renverser les tables

Alors que le mur entre le Mexique et les USA ressemble à une diversion, je pense que Trump finira par avoir gain de cause. Lorsque Trump annonça sa candidature pour la présidence en juin 2016, certains médias annoncèrent qu’il n’avait aucune chance et que sa campagne plierait bagage en quelques mois. C’était sans compter sur la capacité d’endurance requise pour la promotion de projets immobiliers d’envergure tels que ceux qu’il avait développés. J’en sais quelque chose, car telles furent aussi mes activités de promoteur immobilier en Belgique, au Portugal et en Floride durant la première moitié de ma vie professionnelle. Mon plus important développement fut la construction d’une ville de 4000 logements dans la banlieue de Lisbonne et mon dernier projet fut la construction d’un complexe de 400 appartements à Orlando en Floride. Je peux vous dire que chaque projet fut un marathon depuis l’acquisition du terrain jusqu’à l’occupation et la gestion des biens construits, en passant par les difficultés majeures de l’obtention des permis et du financement.

Son passé de promoteur immobilier explique la ténacité, la persévérance et l’endurance exceptionnelle de Donald Trump. Attaqué pendant chaque minute de sa campagne électorale et de sa présidence, il est toujours là deux ans et demi plus tard. Il n’a cessé de faire preuve de courage en prenant les risques de renverser la table du politiquement correct sur tous les fronts, aussi bien nationaux qu’internationaux. La moitié des Américains le soutiennent et l’autre moitié le détestent. Pour expliquer ce clivage, il faut comprendre la lutte à mort entre les deux clans mondialistes qui tirent les ficelles. D’une part l’État Profond de Washington au pouvoir monopolaire depuis plus d’un siècle et en perte de vitesse et d’autre part la Cité de Londres à la vision multipolaire centrée sur la montée de la Chine. Louvoyant habilement entre les deux clans, Donald Trump a survécu aux menaces quotidiennes d’assassinat.

À l’opposé des politiciens traditionnels, Donald Trump a une inlassable ténacité basée sur la réalisation des promesses pour lesquelles il a été élu. Le seul programme de son opposition est d’être anti-Trump. Depuis juin 2016, le monde n’est plus le même et ne le sera plus jamais. Les abus de l’État Profond totalitaire sont maintenant visibles au grand jour et ne pourront plus perdurer éternellement. Les programmes politiques ne se passent pas au niveau des marionnettes mais bien à celui des marionnettistes. Un monde meilleur ne pourra résulter que d’une entente entre les deux clivages de la population et une implosion des clans oligarchiques. À l’opposé de ses adversaires, Donald Trump préfère la paix à la guerre. L’idéogramme chinois du mot “crise” se compose de “danger” et “opportunité”. Dans le monde et dans nos vies, c’est sur la capacité de déstabilisation vers un équilibre entre opposés qu’il faut parier si l’on veut espérer un monde plus libre, plus juste et plus humain.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge