L’Avenir Multipolaire

Mon seul rival international, c’est Tintin ! —Propos de Charles de Gaulle à André Malraux, cité dans “Les chênes qu’on abat”, Malraux, éd. Gallimard, 1971, p. 120

Les États-Unis

La fin d’une hégémonie

Cela fait plus d’un siècle que les États-Unis ont dominé le monde de façon unipolaire. Les choses sont en train de changer. Le 25 juillet 2015, c’est-à-dire il y a quasi quatre ans, j’ai publié un article intitulé “Le cycle de vie de l’empire américain et sa destinée” et qui n’intéressa presque personne. Depuis lors, la géopolitique mondiale a évolué et cet article est devenu plus pertinent que jamais. En voici l’essentiel.

Basée sur les cycles de vie des empires, les États-Unis connaitront les sept dernières années de leur superpuissance durant la période de 2015 à 2022. Pendant trois millénaires, la vie des empires a été constamment d’une durée moyenne entre 240 et 250 ans, indépendamment des changements majeurs dans la vitesse de transport et la sophistication des armes. Tous les cycles des empires de l’histoire ont suivi le même processus de développement en huit phases: (1) déclenchement, (2) conquête, (3) commerce, (4) richesse, (5) intelligence, (6) décadence, (7) déclin et (8) effondrement. Quelle qu’eut été sa puissance financière, son pouvoir politique et la connaissance des cycles historiques passés, aucun leader d’un empire n’a jamais pu empêcher sa suprématie de s’effondrer. La fin de la suprématie américaine se produira aux alentours de 2022-2023. Cela signifiera seulement la fin de la suprématie des États-Unis, mais pas la fin des États-Unis. Comme la Grande-Bretagne qui a continué d’exister après l’effondrement de sa superpuissance en 1950, il en sera de même pour les États-Unis. À ce moment-là, la Chine sera encore au début de son cycle de superpuissance. Un consensus sur la suprématie mondiale bipolaire USA-Chine émergera dans les décennies à venir.

Depuis, les États-Unis sont peu à peu en train de perdre leur pouvoir unipolaire et la vision d’un monde multipolaire commence de poindre à l’horizon. Ce 29 mai 2019, un interessant article intitulé “Qu’est-ce que cela signifie de vivre dans un monde multipolaire ? Nous pouvons être sur le point de le savoir” publié par l’Independent Media Institute sous la plume de Marshall Auerback, analyste de marché et commentateur. En voici l’essentiel.

Depuis des décennies, Washington s’est attaqué à une Chine montante, dont le développement économique menaçait sa domination historique. Le récent échec des négociations commerciales sino-américaines a amené un certain nombre de commentateurs à suggérer que la prééminence unipolaire de l’Amérique était terminée. Nous pouvons assister à un conflit similaire à celui de la guerre froide entre les deux superpuissances. Alors, qu’arrive-t-il au reste d’entre nous? Un monde jusque-là globalisé se retirera-t-il de plus en plus en blocs opposés? Ou le reste du monde peut-il développer un multilatéralisme plus silencieux et plus stable? La réalité du monde du XXIe siècle est que ni les États-Unis ni la Chine ne peuvent forcer des pays tiers à rejoindre leurs blocs respectifs, comme cela fut le cas pour les États-Unis et l’Union Soviétique. Sur le plan géopolitique, la tâche qui incombe à la plupart des pays est de comprendre qu’il ne s’agit pas du choix existentiel de l’ancienne guerre froide. Plus vraisemblablement, ce sera un retour à une théorie selon laquelle il n’y a pas d’amis ou d’alliés éternels, mais seulement des intérêts communs qui peuvent changer de temps à autre. Dans ce cas, le monde bipolaire pourrait bien évoluer vers un monde multipolaire.

En ce qui concerne l’avenir de la France et de l’Europe, la révolution française eut lieu le 14 juillet 1789, soit 13 ans après l’indépendance des États-Unis en 1776. L’attentat terroriste du 11 septembre 2001 sur les tours de New York, fut suivi le 7 janvier 2015 par l’attentat terroriste de Charlie Hebdo à Paris, soit 13 ans plus tard. Basé sur les mêmes phases des cycles des empires, 2001 est le début de l’effondrement des États-Unis et 2015 celui de la France. Le parallèle entre le cycle hégémonique des États-Unis et celui de la France laisserait alors présager que la fin de la suprématie de la France et de l’Europe prendrait fin environ 13 ans après celle les États-Unis, ce qui serait autour de 2035-2036. Pour plus d’infos sur le cycle de la France depuis la Prise de la Bastille, voir le post intitulé “France Hégémonie” dans ce blog. Un post complémentaire intitulé “Paix au Moyen-Orient” est également publié ce jour dans ce blog.

Fausses Élections

– L’adulte ne croit pas au Père Noël, il vote. —Pierre Desproges
– Tout le monde est de gauche, sauf quand on vote. —Jacques Brel
Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit. —Coluche
– Je respecte trop la démocratie pour risquer de la dérégler en votant. —Roland Topor

Le 24 février 2017, c’est-à-dire deux mois avant le premier tour des élections présidentielles en France, j’ai publié un article intitulé “Les Élections Bidon En France”. En voici l’essentiel.

Marine Le Pen et Emmanuel Macron apparaissent comme les deux candidats qui se détachent du peloton. Que ce soit Le Pen ou Macron, à la fin c’est toujours Rothschild qui gagne. Les jeux ne se jouent pas à Paris mais à la City de Londres. Mon propos n’est pas ici de faire de la politique, mais uniquement de révéler le dessous des cartes des prochaines élections en France. Il n’y a aucun secret sur le lien existant entre Rothschild et son protégé Macron, qui fut le gérant-associé de la Banque Rothschild entre 2008 et 2012. Le lien entre Rothschild et Le Pen est moins évident. Tous les ans, le magazine financier anglais « The Economist » publie un numéro spécial sur l’année à venir. Le magazine est de fait le porte-parole public de Rothschild et la couverture contient toujours des messages cryptés sur ses plans. L’édition de 2017 continue cette tradition. Pour les élections en Europe nous regarderons plus spécialement la carte de la « Roue De La Fortune » qui montre trois dirigeants politiques européens qui tournent la tête en avant dans une rotation dans le sens des aiguilles d’une montre. Deux tournent avec leurs têtes vers le bas et seule Marine Le Pen a la tête tournée vers le haut. Notons que tous les trois sont attachés à la Roue de la Fortune ce qui signifie qu’ils n’ont aucune liberté d’action par eux-mêmes et sont totalement dépendants de la puissance du décideur. Il y a deux urnes dans le bas, où chacune contient un bulletin de vote avec une lettre “x”, indiquant que le “x” peut être truqué en faveur de n’importe quel candidat choisi par celui qui tient la manivelle pour faire tourner la roue. Il est évident que pour Rothschild, le décideur invisible de la manivelle n’est autre que lui. En soi, les élections sont décidées bien à l’avance et ne sont donc que des shows de télé-réalité pour distraire la population des sujets véritables tels que l’emploi, la crise financière et les conflits mondiaux.

Que ce soit Le Pen ou Macron, les marionnettistes et les scénaristes sont les mêmes, eux-mêmes tenus en courte laisse par leurs maîtres. Les décisions concernant la France ne sont pas prises à Paris mais à Londres qui se sert de Bruxelles pour relayer ses instructions à chacun des pays membres. Les élections de dimanche passé n’ont eu d’européennes que le nom car elles furent avant tout nationales. Chaque pays avait son mode scrutin propre et un électeur ne pouvait pas choisir un candidat autre que ceux de son pays. Par exemple un électeur français n’avait pas la possibilité de voter pour un candidat européen tel qu’un italien ou un espagnol. Il en a été de même pour chacun des 27 autres pays. Les organisateurs des élections ont préféré diviser l’Europe en nations pour continuer à régner sans crainte d’être devancés par des candidats européens populaires. Il s’agit là de la négation même de l’unité de l’Europe. Comment se fait-il que cette hypocrisie ne soit pas dénoncée ? Analysons plus en détail les résultats de dimanche dans l’illustration ci-dessus.

Les gagnants et les perdants sautent immédiatement aux yeux. Le vote de chaque électeur européen est consolidé dans un parti politique européen dont l’électeur se soucie peu et dont personne n’a jamais entendu parler de son leader. Par exemple, Le EPP (179 sièges) le parti centre-droit est dirigé par Manfred Weber,  S&D (153 sièges) le parti de gauche est dirigé par Frans Timmermans et ALDE (105 sièges) le parti des libéraux est dirigé par Margrethe Vestager. Les médias traditionnels de chaque pays analysent les résultats sur leur impact partisan national et non sur celui des partis politiques européens. Les modes de scrutin varient d’un pays à l’autre. Par exemple, en Belgique le vote est obligatoire et pas ailleurs, en Allemagne il n’y a pas de plancher pour gagner des sièges alors qu’en France il faut qu’un parti recueille au moins 5% des votes, etc… Tout cela n’a d’ailleurs pas beaucoup d’ importance puisque le Parlement Européen n’a de toute façon aucun pouvoir. L’illustration ci-dessus réconcilie les chiffres par parti européen, le nombre de sièges en 2019 et la différence d’avec 2014, le nombre de sièges de la France en 2019, la correspondance entre les partis européens et français et l’impact géographique. Analysez-la par curiosité. Un post intitulé “La Fausse Europe” publié ce jour sur ce blog analyse la supercherie.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Fausse Europe

Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri, en disant : l’Europe ! l’Europe ! l’Europe !… Mais ça n’aboutit à rien et ça ne signifie rien. Je répète : il faut prendre les choses comme elles sont. —Charles de Gaulle, 14 décembre 1965

Depuis la célèbre citation du Général en 1965, l’Europe est un mot qui n’a cessé de faire une grande carrière dans le vide. Je n’ai jamais rencontré une seule personne qui se soit vraiment sentie européenne. Un grand nombre de personnes d’Europe s’identifient à leur nation et certaines souvent plus encore à leur région. À part de l’encre sur du papier en législations stériles et en fausse monnaie, l’Europe n’a jamais rien produit. Aucun résultat utile pour ses pays membres et leurs populations. Ni sur le plan économique, ni sur le plan social, ni sur le plan politique. Rien, un grand zéro. Comment pourrait-il en être autrement puisque l’Europe ne crée aucune valeur ajoutée. La seule chose qu’elle fait c’est collecter de l’argent des pays membres et en restituer une partie, tout en gardant la différence pour payer les institutions et les rémunérations parasitaires. Pour trouver à qui le crime européen profite , il faut suivre la filière de l’argent.

Le 18 novembre 2016, il y a donc deux ans et demi, j’ai publié un article intitulé “Qui Sont Ces Milliardaires Qui Gouvernent Le Monde Et Nos Vies?” En voici l’essentiel.

Il y a deux groupes qui se battent pour le pouvoir financier mondial et toutes leurs décisions sont uniquement fonction des intérêts, alliances et oppositions de leur propre camp, sans le moindre souci pour les populations concernées. Par example, ils décideront de la paix ou de la guerre dans le monde en manipulant politiciens, médias, électeurs et machines à voter. Cet article va vous donner la clé pour comprendre ce qui se trame en coulisses. Les deux groupes financiers en compétition pour le gouvernement du monde sont comme deux familles de la mafia. Non seulement ils opèrent dans la clandestinité, mais ils sont également en guerre les uns contre les autres. D’un côté il y a l’État Profond Américain et de l’autre la City de Londres. Le tableau qui suit explicite côte à côte leurs dirigeants, contrôles et stratégies, et aide à comprendre les questions du passé aussi bien que les alliances et oppositions régissant le présent et l’avenir.

ÉTABLISSEMENT MONDIAL
ÉTAT PROFOND USA

BUSH DYNASTIE
GEORGE SOROS
BARACK OBAMA
HILLARY CLINTON
JANET YELLEN

Banque Mondiale
Federal Reserve System
Devise Unique de Réserve
US Dollar
Goldman Sachs

Leader Unipolaire Du Monde
USA
Europe Divisée
Vieux Paradigme
Déclin – Passé

Guerre Militaire
Paix Financière

ÉLITES MONDIALES
CITY DE LONDRES

ROTHSCHILD DYNASTIE
ROCKFELLER DYNASTIE
THERESA MAY
DONALD TRUMP
CHRISTINE LAGARDE

Fond Monétaire International
Banque Règlements Internationaux
Droits De Tirages Spéciaux
US-Europe-UK-Japon-Chine Devises
JPMorgan Chase

Leaders Multipolaires Du Monde
USA + UK + Russie + Chine
Europe Unie
Nouveau Paradigme
Ascension – Futur

Paix Militaire
Guerre Financière

Que quelqu’un me donne une bonne raison pour soutenir cette Europe bidon. Alors pourquoi élire des centaines de marionnettes qui vont siéger dans le parlement inutile d’une institution qui ne sert à rien pour les pays membres? Les élections font partie partie du spectacle pour distraire la population pendant qu’on lui fait les poches par l’impôt et la spoliation. Quel enfumage !!! Que ce soit Le Pen ou Macron, les marionnettistes et les scénaristes sont les mêmes, eux-mêmes tenus en courte laisse par leurs maîtres. Les élections de dimanche passé n’ont eu d’européennes que le nom et furent avant tout à usage intérieur de chaque pays. Un post intitulé “Les Fausses Élections” publié ce jour sur ce blog analyse la supercherie.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Une Autre Europe

La haine c’est comme boire du poison et attendre que l’autre personne meure. –Saint Augustin



Europe des Régions

Ni mondialiste ni nationaliste

Selon le Centre de Politique Européenne, depuis son introduction en 1999 l’euro a causé une perte de 56.000 euros pour chaque français et un gain de 23.000 euros pour chaque allemand. Tous les pays de l’UE sont perdants à l’exception de l’Allemagne et de la Hollande, le discret paradis fiscal. La création de l’euro reposait sur la promesse d’un grand marché dont chaque pays obtiendrait une part du gâteau commercial plus grande qu’avant. Cela ne s’est pas produit, car l’euro n’a jamais été rien d’autre qu’un deutsche mark avec un autre nom. Alors je vous demande de me donner une bonne raison pour laquelle l’Espagne, par exemple, devrait accepter aujourd’hui que Bruxelles prenne des décisions la concernant à sa place.

De plus, aucun habitant de l’UE ne se sent européen. Certains bretons, par exemple, se sentent même plus bretons que français, alors se sentir européens ou extra-terrestres c’est du pareil au même. Tout ça pour dire que l’euro et l’Europe doivent complètement être réinventés faute de quoi leurs implosion deviendrait inéluctable. Ballottée entre le mondialisme et le nationalisme, l’Europe est devenue dysfonctionnelle. Ni le pouvoir absolu de l’argent d’une part, ni le retour aux souverainetés nationales d’autre part ne nous offre un modèle d’avenir enviable. Ne me dites pas qu’il n’y a pas de solution. Ce qui suit représente ma vision idéalisée d’une troisième voie.

(1) Sur le plan politique, la création d’une Europe des régions où chacune et chacun pourra aisément s’identifier à ses racines. (2) Sur le plan économique, la création d’une double monnaie. D’une part, les monnaies régionales non-spéculative à usage du commerce intérieur et d’autre part l’euro pour le commerce international. (3) Sur le plan social, assurer le minimum vital pour ceux et celles dont le travail est remplacé par une machine ou un logiciel. Les fonds pour couvrir leurs besoins essentiels devraient provenir de la taxation des robots et des entreprises qui en bénéficient. Le modèle que je propose tardera sans doute à être mis en oeuvre, non pas parce qu’il est irréaliste mais à cause des politiciens dont le bon sens et la recherche de solutions ont disparus de leurs préoccupations depuis bien longtemps. En attendant l’homme ou la femme providentiel(le) qui renversera la table …

Dans la lumière et l’harmonie.

Serge

Les Monnaies Locales

Comme une rivière crée les berges qui la contiennent, l’énergie en quête de vérité crée sa propre discipline sans aucune forme de contrainte; et comme la rivière trouve la mer, l’énergie trouve sa propre liberté. –Jiddu Krishnamurti, Le sens du bonheur

Les monnaies locales

Éviter la spéculation et soutenir les commerces de proximité

Le plus ardent défenseur des monnaies complémentaires vient de nous quitter à l’âge de 76 ans. Bernard Lietaer était un ingénieur et économiste belge qui, en sa qualité de directeur de la Banque Nationale de Belgique, fut responsable de la mise en place du système de monnaie unique européenne (ECU) ainsi que la création de l’Euro qui en suivit. Il fut l’auteur de nombreux articles et livres que j’ai lus au fil des décennies. J’ai le souvenir d’un article original de ses débuts intitulé “La spiritualité de l’argent” publié dans le magazine “Gnosis”. Combiner la finance, la psychologie et la philosophie n’est pas “monnaie” courante. C’est avec une profonde tristesse que je ressens la perte d’un homme si juste, si humain et si intelligent.

Les 34 gros points sur la carte représentent les monnaies locales circulant actuellement en France. Chacune est connue sous le vocable de “Monnaie Locale Complémentaire et Citoyenne (MLCC)”. La Roue du Pays d’Aix fut lancée en 2017 et j’y participais comme membre adhérent professionnel de la première heure. Aujourd’hui il y a plus de 160 000 roues qui circulent dans l’espace élargi “Pays d’Aix, Provence et Alpes du Sud” dont Aix est une antenne. Plus de 700 professionnels acceptent d’y être payé en roues et plus de 2 500 utilisateurs l’utilisent pour leurs achats. Pour la petite histoire, veuillez noter que le mot “ROUE” est l’anagramme du mot “EURO”. À noter aussi que chaque professionnel doit être approuvé par une commission éthique. Voici 9 bonnes raisons pour adopter la monnaie locale.

(1) Dynamiser l’économie locale, (2) Défendre le commerce de proximité, (3) Assurer la transition écologique, (4) Réduire la spéculation financière, (5) Identifier les professionnels éthiques, (6) Rejoindre un réseau solidaire, (7) Favoriser le développement de projets éthiques, (8) Promouvoir un rôle d’éducation populaire et (9) Reprendre le pouvoir d’achat. En résumé, la création d’une monnaie locale permet de se réapproprier l’outil monétaire et donc d’avoir prise sur l’économie. Le Royaume Uni est à la pointe des monnaies locales. Dix pour-cent des transactions de la ville de Bristol se font en livres de Bristol y compris le salaire du maire. Telle la Provence, chaque région peut avoir sa monnaie locale. Le commerce international continuerait à utiliser l’Euro. L’Europe des régions avec leurs monnaies propres pourrait très bien être le modèle de son avenir.

Dans la lumière et l’harmonie.

Serge

France – Allemagne

Le Traité d’Aix-la-Chapelle

Quel est le but caché de cet accord franco-allemand?

Cette semaine fut marquée le mardi 22 janvier par la signature de l’important Traité d’Aix-la-Chapelle entre Macron et Merkel. Il s’agit d’un nouvel accord de coopération entre les deux pays sur tous les plans et en particulier sur le plan politico-militaire avec le prétexte de la création d’une future armée européenne. Macron et Merkel n’ont pas jugé bon de soumettre le texte du traité pour approbation préalable ni à leur parlement ni à leur population, ni non plus aux 25 autres pays de l’Union Européenne. Pourquoi la cachoterie du texte révélé seulement trois jours avant sa signature? Pourquoi cette précipitation? Pourquoi maintenant? Pour François Asselineau, ancien candidat à la présidence, ce traité est pour le moins une forfaiture et au pire une trahison. Les médias traditionnels quant à eux s’en prennent aux opposants du traité plutôt qu’à la réfutation de leurs arguments. Par ailleurs, le fait que la thèse de fin d’études de Macron était à propos de Machiavel pourrait bien servir d’indication.

En général, les blogs américains voient l’Europe de l’extérieur. Martin Armstrong est un économiste financier qui se penche sur l’analyse du passé en vue d’anticiper l’avenir. Je lis régulièrement son blog qui n’hésite jamais à émettre des opinions originales. À propos du traité franco-allemand, Martin Armstrong a écrit un article pertinent. Merkel est en fin de course comme Chancelière et Macron devenu très impopulaire se trouve confronté par la montée de l’insurrection en France. La vraie question qu’il faut se poser à propos du traité est contre qui l’Europe a-t’elle besoin d’une armée? Pour protéger l’Europe contre la Russie? Pas vraiment, l’OTAN s’en occupe. Alors qui? Et pourquoi maintenant? La réponse se trouve dans le bon sens. Il est question de protéger le gouvernement de Bruxelles contre les peuples européens qu’il administre.

Martin Armstrong soutient un parallèle historique avec l’Empire byzantin au 6ème siècle. À Constantinople, comme pour Macron, l’empereur Justinien était l’objet d’émeutes populaires. Le manque de soutien de son armée et de sa police encourageait une révolte croissante de la population, qui alla jusqu’à désigner un nouvel empereur. Justinien était sur le point de s’enfuir lorsqu’il fut sauvé par une armée impériale venue de l’extérieur de la ville et qui massacrèrent 30,000 rebelles. Ceci expliquerait la nécessité d’une armée européenne aujourd’hui. En cas de situation incontrôlable, si ordonnés par Bruxelles les Grecs n’auraient aucune hésitation d’aller tuer les Allemands et ces derniers n’auraient aucun problème d’attaquer les Italiens. La clé du maintien de l’ordre réside dans le soutien d’une troupe armée venant de l’extérieur. Espérons qu’une telle machination machiavélique soit dénoncée avant d’avoir un rôle désastreux à jouer.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

L’Eurasie

La création des États-Unis d’Europe est une nécessité si l’on considère la situation économique et technique. Savoir si l’union suffira à la paix et à la sécurité ne peut être prédit par quiconque avec certitude, mais je pense qu’un “oui” est plus probable qu’un “non”. –Albert Einstein (1949).

Eurasie

Un nouveau continent

Dans une perspective mondialiste, l’Amérique du Nord, l’Europe et les autres continents sont séparés par des océans. Pour tendre vers le globalisme, il faudra bien qu’un jour l’Europe et l’Asie s’unissent en Eurasie. Les stratégies des mondialistes se produisent dans le secret absolu et ne peuvent être déchiffrées que par spéculation. De plus, chaque clan d’oligarques a sa stratégie propre dont seuls un petit nombre ont connaissance. Le clan mono-polaire de l’État Profond des États-Unis est opposé au clan multipolaire de la Cité de Londres qui repose sur l’expansion de la Chine. Comme dans tous les désaccords, une partie lutte pour le statu-quo et l’autre pour le changement. En l’occurence, les USA souhaitent la continuation d’un siècle d’hégémonie et Londres parie sur l’Europe avec la Chine comme point de départ de l’émergence de l’Eurasie. Cela explique les différences fondamentales entre la stratégie de Londres consistant à diviser pour régner aux USA, et unir pour contrôler en Europe. À noter en passant que la population américaine est armée alors que celle de l’Europe ne l’est pas.

Il y a quelques jours j’ai eu une conversation avec quelqu’un de Bretagne qui se sentait plus Breton que Français et qui ne se sentait alors là pas du tout Européen. Pour lui Eurasien ou Martien serait du pareil au même. Comme pour l’Europe, l’Eurasie est une idée séduisante en théorie, mais qui se révèlerait inefficace dans la pratique. Toutes les nations sont enclines à recevoir des fonds de la communauté, mais se dissocient lorsqu’il s’agit de collectiviser les dettes. Reste à construire une nouvelle sorte de gouvernement qui éviterait les erreurs commises en Europe. Le modèle de la Grèce ancienne me semble être une option d’espoir pour l’humanité. Chaque royaume grec était indépendant et dirigé par un roi aux pleins pouvoirs. Toutefois, ils se sont tous unis lorsqu’il s’est agi d’aller combattre les Troyens. Plus petite que la nation, la région permet l’identification individuelle et plus grande une identité collective.

Quoiqu’il soit rare de trouver une citation d’un oligarque, voici ce que disait Edmond de Rothschild en 1970. “Parce que chaque individu éprouve le besoin de se situer dans un milieu restreint, il s’identifiera à une province, que ce soit le Wurtemberg ou la Savoie, la Bretagne, l’Alsace-Lorraine ou le pays Wallon. Dans ces conditions, la structure qui va disparaître, le verrou qui doit sauter, c’est la nation parce qu’elle est inadaptée au monde moderne : tantôt trop petite, tantôt trop grande.” Alors l’Europe des régions? Pourquoi pas? Et pourquoi pas l’Eurasie des régions? Dans la mesure où les populations bénéficieraient de véritable sécurité, de justice et de paix, un tel modèle pourrait être un compromis d’espoir entre la vision d’Edmond de Rothschild et un gouvernement mondial juste et humain. Enfumage attention!! Certains qualifieront ce rêve de naïf ou d’idéaliste. Peut-être? Mais de loin préférable à l’alternative destructrice …

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

2019 Vu par Algarath

Hypothèses pour 2019

Proposées par Algarath

Émettre des opinions sur l’avenir est toujours un exercice risqué. Certains futurologues prétendent faire des prévisions d’événements, mais personne ne peut les prévoir avec certitude. D’autres plus honnêtes émettent des opinions avec des probabilités qualifiées. Ces opinions auront le droit à l’erreur au même titre que celles des économistes, des météorologues et des docteurs. Algarath, dont je suis un lecteur assidu du blog depuis des années fait partie de ceux-là. Au fil des années, il a accumulé une érudition encyclopédique sur les sujets touchant nos vies et le monde. Il vient de publier ses hypothèses pour l’année 2019 que je livre à votre réflexion. Algarath classe ses hypothèses en 4 groupes:

  • Hypothèses vraisemblables (probabilité bien supérieure à 50%)
  • Hypothèses 50 / 50
  • Hypothèses pas à écarter (probabilité assez largement inférieure à 50%, disons 20%)
  • Hypothèses écartées (chance égale à zéro)

Algarath affirme que certaines de ces hypothèses VONT SE CONCRÉTISER.

Hypothèses vraisemblables (probabilité bien supérieure à 50%)

  • La FED va continuer à augmenter les taux courts (de prise en pension). Trois hausses en 2019, ce qui fait que les taux longs à 10 ans (^TNX) vont commencer à dépasser 3,5 %. On ne sera pas loin du taux neutre (on va dire 3,9%) qui va déclencher l’éclatement des bulles et le plus gros transfert d’argent des poches des imbéciles vers celles des banquiers internationaux (Rothschild).
  • Les crypto monnaies vont progresser, ainsi que les systèmes de transferts (XRP) qui remplacent avantageusement le système Swift, ce qui va être très douloureux pour le dollar US.
  • Le nouvel ordre libéral va encore péricliter plus avant. Les alternatives « populistes » genre Le Pen, Les Insoumis, et les Gilets Jaunes vont largement tailler des croupières au monde libéral.
  • Les Européennes laisseront une large part aux alternatives populistes ci-dessus et à Dupont Aignan. Si l’UPR arrive à se financer elle recueillera aussi des voix.
  • L’UE va s’enfoncer encore plus vers une issue fatale.
  • L’Italie va lancer sa monnaie, le Florin. Les billets sont déjà imprimés. Elle va faire défaut des remboursements de sa dette sur une partie et elle va rembourser l’autre partie avec des florins dévalués (Lex Monetae), et celle-ci est détenue par les banques allemandes pour 500 milliards d’Euros. Les banques allemandes vont aller en banqueroute.
  • L’Allemagne entre en récession assez dure.
  • L’Italie risque de sortir de L’UE et de la zone Euro, ce qui fait que l’UE va disparaître sous sa forme actuelle.
  • Macron et les Gilets Jaunes vont s’écharper. Les insurrections seront importantes, la répression policière du pouvoir sera forte. Il y aura des morts mais Macron va devoir concéder un peu plus.
  • Le niveau d’adhésion des Français à la macronerie va encore diminuer.
  • En 2019 on sera à mi mandat de Macron et il sera énormément bloqué pour faire des réformes.
  • Des groupes divers vont mener des insurrections : Les retraités, les fonctionnaires. Et le mouvement Gilets Jaunes va s’intensifier.
  • Les Gilets Jaunes vont énormément s’organiser.
  • Le RIC va être discuté. Pas la version ridicule que le gouvernement va sortir, mais une version pondue professionnellement par les Gilets Jaunes.
  • Introduction de certains référendums « légers »
  • Adoption d’une taxe mondiale sur le transport en raison de la multiplication des inquiétudes relatives au climat
  • Trump va être bien placé pour un deuxième mandat
  • Le Brexit va se faire, sûrement sous sa forme « dure »

Hypothèses 50 / 50

  • Dissolution du gouvernement
  • Dissolution de l’Assemblée Nationale
  • Macron devra gouverner avec une partie de l’opposition au pouvoir
  • Gouvernement d’Union Nationale
  • Introduction d’une dose de proportionnelle
  • La police va poser des problèmes de grève au gouvernement.
  • Le RN / FN perd des voix aux Européennes à cause des voix nouvelles des Gilets Jaunes (au moins 10 ou 15%)
  • Les LR et le PS vont continuer à baisser. La classe moyenne n’en veut plus.
  • L’Union Européenne annule les remboursements de certaines dettes des États, dont la France.
  • Introduction de référendums « conséquents »
  • Prise en compte des votes blancs dans les scrutins.

Hypothèses pas à écarter (probabilité assez largement inférieure à 50%, disons 20%)

  • Révolution Française
  • Ralliement de l’armée et de la police au Peuple
  • Macron est arrêté, et aussi peut-être assassiné lors de la prise de l’Élysée
  • Purges physiques. Certains députés LaREM sont assassinés.
  • La technocratie au gouvernement est jugée, certains technocrates sont assassinés
  • La synarchie est jugée.
  • La Banque de France est nationalisée et la France emprunte auprès d’elle à taux zéro.
  • Rééquilibrage vers la France périphérique.
  • Les Jacobins perdent pied, les girondins prennent des positions assez fortes.
  • La démocratie participative compte à part égale avec la démocratie représentative.
  • La dette odieuse française n’est pas remboursée.
  • L’UE disparaît
  • Le pacte de Marrakech est dénoncé et la France en sort
  • Immigration stoppée
  • Le SMIC à 2000 Euros
  • Plafonnement du taux des dividendes autorisé
  • Droit de révoquer les politiciens par le Peuple
  • Trump limoge Powell de la FED

Hypothèses écartées (chances égales plus ou moins à zéro)

  • L’impôt sur le revenu est annulé
  • Forte imposition sur les successions
  • Nationalisations partielles imposées aux entreprises
  • Macron est jugé

Source: Algarath 2019

Bonne année à toutes et tous.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge