Paix au Moyen-Orient

Il a réussi parce qu’il ne savait pas que c’était impossible. —Mark Twain






Le Plan de Paix de Trump

Sa stratégie révélée

Le 24 mars 2017, c’est-à-dire deux mois après l’inauguration de Trump comme Président, j’ai publié un article sur la rare éclipse solaire totale du 21 août 2017 dont le chemin traversa les USA d’ouest en est. Il fallait retourner un siècle auparavant pour trouver une éclipse comparable. C’était le 8 juin 1918 durant la quatrième année de de la guerre 1914-1918 et l’armée allemande se trouvait à 80 km de Paris. C’est alors que le Président américain Woodrow Wilson envoya 650 000 soldats américains pour rejoindre les troupes alliées. L’offensive allemande fut arrêtée et repoussée jusqu’à l’armistice du 11 novembre 1918 suivi du Traité de Versailles le 28 juin 1919. Si de nos jours l’histoire devait se répéter avec celle de l’éclipse de 1918, je conclus l’article en affirmant:

Au Moyen-Orient, une coalition menée par les États-Unis mettra fin à la guerre contre le terrorisme en attaquant l’Iran. Un large accord de paix au Moyen-Orient, incluant Israël et les Palestiniens, sera obtenu.

Je rappelle qu’il s’agissait d’une opinion sur l’avenir et non d’une prévision. En mars 2017, il y a donc plus de deux ans, le consensus unanime était que la troisième guerre mondiale était imminente au Moyen-Orient et personne n’aurait eu l’audace de parler de paix. Ce 30 mai 2019, l’excellent journaliste Guy Millière publia un article sur la doctrine de Trump, le champion du monde de la déstabilisation. En voici l’essentiel:

De grandes manœuvres sont en cours au Proche-Orient où le plan de paix voulu par Donald Trump avance. Son volet économique fera l’objet d’une réunion à Bahreïn à la fin du mois de juin. Des tractations intenses sont en cours avec la Jordanie (j’y reviendrai en revenant sur ce qui prend forme dans le cadre du plan de paix susdit). Une pression elle-même intense, et aux enjeux bien plus importants s’exerce sur le régime des mollahs en Iran. L’objectif de Donald Trump est l’asphyxie du régime, pas la guerre, et l’asphyxie avance et porte ses fruits : le régime est exsangue et n’a plus d’argent à donner aux organisations islamo-terroristes qu’il finance. C’était l’un des buts de l’asphyxie. Le Hezbollah est très déstabilisé et ne pourrait désormais plus mener la moindre offensive contre Israël. La présence de Gardes Révolutionnaires iraniens en Syrie se trouve compromise, et le régime syrien est lui-même à court d’argent. Le Hamas et le Djihad Islamique à Gaza sont au bord de la banqueroute et dépendent du bon vouloir du Qatar et du gouvernement israélien, qui peut accepter ou refuser les transferts d’argent qatari. Les milices Houthi qui mènent la guerre pour l’Iran au Yémen ne sont pas en meilleure situation. Le régime des mollahs se trouvera assez vite confronté à une alternative : se soumettre et accepter les conditions très strictes énoncées par l’administration Trump, ou se démettre et choisir de s’autodétruire en passant à l’attaque. L’administration Trump est prête à toute éventualité, et ne pense pas que le régime des mollahs choisira l’autodestruction. Quoi qu’il se passe, le Proche-Orient tel qu’il sera en 2020 sera diffèrent de celui de 2016. Les dirigeants français et allemands pourront pester, réfléchir aux moyens de sauver l’avancée des mollahs vers l’arme atomique et l’Autorité Palestinienne du naufrage vers lequel elle se dirige, ils devront constater que la doctrine Trump avance.

Cela fait 5000 ans qu’il n’y a pas eu de paix au Moyen-Orient. Seul un incroyable bouleversement historique dans cette partie du monde pourrait donner un espoir de changement. Laissons le dernier mot à l’historien grec Hérodote qui affirma que l’obscurité des cieux d’une éclipse solaire était signe de paix pour une guerre en cours. Un post complémentaire intitulé “L’Avenir Multipolaire” est publié ce jour dans ce blog.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

.