L’Imagination

Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale d’être bien adapté à une société malade. –Jiddu Krishnamurti, penseur spirituel indien (1895-1986)

Amour • Liberté • Vérité

Harmonie • Lumière






Hier j’ai eu une conversation avec une dame qui de but en blanc exprima de ne plus avoir aucun espoir pour l’avenir du monde. “Tout est foutu” répéta-t-elle plusieurs fois gravement. Je lui répondis que sa vision n’allait pas assez loin pour voir la lumière après l’obscurité. Il est vrai que nous vivons dans un monde en transition chaotique où demain sera totalement différent d’aujourd’hui. Voir l’avenir en noir est une mauvaise utilisation de l’imagination. Oui, il est possible de visualiser l’arc-en-ciel alors qu’il pleut des cordes dehors. Imaginons un monde merveilleux dans l’unité, la lumière et l’harmonie. Pour moi, je trouve le réconfort, l’optimisme et l’espoir dans l’arrivée de l’ère du Verseau qui offrira un modèle de vie plus humain que l’ère des Poissons que nous quittons. Pour la même incertitude de l’inconnu, ne vaut-il pas mieux imaginer un avenir radieux pour vous et vos proches ? Ne serait-il pas merveilleux de voir la fusion entre l’art et la science ? Ne serait-il pas fantastique de voir l’union de la tête et du cœur produire amour et douceur de vivre plutôt que des divisions tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de nous ?

Nous vivons aujourd’hui au coeur même de la transition entre deux ères historiques. Notre inconfort provient du fait que nous sommes assis entre deux chaises, entre hier et demain. Une renaissance se produit toujours après le chaos et la destruction. “Jamais dans la nature ça ne se passe autrement. Après la pluie le beau temps.” dit la chanson. Imaginons le monde idéal qui pourrait renaître. Le symbolisme du Verseau est associé au mythe de Prométhée qui apporta la lumière divine à l’humanité. La lumière de la révolution électronique pourrait bien être la version moderne de la lumière prométhéenne. Espérons qu’utilisée avec une conscience spirituelle, cette lumière nous apporte plus de liberté et d’humanisme. Faisons confiance à la puissance de notre imagination, un jour nos rêves deviendront réalité. Prenons garde à ce que nous souhaitons parce que cela finira par arriver. Alors tant qu’à faire, imaginons un monde plus uni, plus juste et plus humain.

Maintenant, je vous propose un petit voyage imaginaire. Détendez-vous et suivez-moi sur une île paradisiaque. C’est le printemps. Par une belle journée ensoleillée vous êtes sur la plage. Le ciel est d’un bleu pur. Vous êtes allongé dans un hamac qui est attaché entre deux des palmiers qui vous procurent une ombre apaisante. La température est idéale. Votre chapeau de paille couvre vos yeux. Une brise très douce balance votre hamac. Vous écoutez les vagues et laissez vos pensées vagabonder. Vous rêvez éveillé et laissez votre imagination errer librement. Avec une baguette magique dans votre main vous allez changer tous les défauts du monde en leurs opposés. Vos espoirs sont forts. … Les pouvoirs abusifs sont remplacés par l’amour inconditionnel … L’avidité matérielle est remplacée par la conscience spirituelle … L’arrogance et la supercherie sont remplacées par l’humilité et la sincérité … Les divisions sont remplacées par des unions … L’esclavage est remplacé par la liberté … Le totalitarisme est remplacé par le respect de la vie humaine … La misère dans le monde est remplacée par l’abondance pour tous … Faites l’amour pas la guerre … Bienvenue à l’ère du Verseau.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge

Ulysse à Djerba

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage. –Joaquim Du Bellay, poète (1522 – 1560)

Ulysse à Djerba

La douceur de vivre

Victorieux de la Guerre de Troie, et après une courte escale à Ismarus, Ulysse et sa flotte de 12 bateaux se dirigent vers son retour à Ithaque. En passant le Cap Malée, ils sont assaillis par de violentes tempêtes qui leur font perdre tous repères. Après 10 jours d’un voyage particulièrement tourmenté ils finiront par accoster à l’île de Djerba. Ne sachant rien ni de l’endroit ni de ses habitants, Ulysse enverra trois de ses compagnons en reconnaissance. Une peuplade douce, accueillante et pacifique les accueille et les invite à goûter de la liqueur de lotos, un fruit doux comme le miel. Ce qui provoquera une propriété d’oubli chez les trois compagnons qui ne voulaient plus revenir, ni donner de leurs nouvelles. Ulysse devra les ramener de force à bord malgré leur résistance et leurs larmes. Ulysse marquera la Tunisie de son passage. Encore aujourd’hui, il est resté une figure emblématique nationale. Quelque part l’Odyssée d’Ulysse a toujours interpelé le côté nomade de mon parcours.

Le lotos serait le doux jujube, fruit du jujubier sauvage aux propriétés enivrantes, mais qui n’est pas connue pour la propriété de provoquer l’oubli.  Il y a toutefois une certaine explication logique au comportement des compagnons d’Ulysse. Cela fait plus de 10 ans qu’ils sont partis d’Ithaque, vivant quotidiennement les périls de la guerre de Troie. À cette période  traumatisante vient juste de s’ajouter un début de voyage de retour tumultueux. Ithaque leur paraît encore tellement loin et si incertain. Tout à coup, ils rencontrent un peuple simple, paisible et accueillant qui leur font goûter une douceur de vivre qui fera fondre leurs défenses. La déconnexion d’avec le réel sera alors assimilée à de l’oubli. L’ivresse les dispensera d’avoir des pensées culpabilisantes pour ceux et celles qu’ils ont quittés depuis 10 ans.

Djerba peut être considérée comme le symbole de la première étape d’un voyage initiatique. En perdant la mémoire de soi et des autres, une personne perdra aussi l’image de sa fausse identité et produira une première dissolution du côté négatif de son ego. L’inévitable récupération de la mémoire enrichira la prise de conscience, qui est le côté positif de l’ego, et qui contribuera à une croissance personnelle plus humble et plus sincère. Les Lotophages vivent de leurs ressources agricoles et n’ont ni princes, ni priorités politiques, ni biens matériels. Il n’y a pas de civilisation organisée et hostile. N’ayant rien à échanger ni commerce à offrir, ils ne feront pas l’objet de pillages. Le détachement des biens matériels et la vie proche de la nature induisent le bien-être et la liberté, elle-même un préalable au bonheur. Une richesse intérieure en résultera, qui ne pourra plus jamais être confisquée.

Dans la lumière et l’harmonie,

Serge